Clicky

Lakka : une distribution Linux pensée pour les fondus d’émulation

L’Atari 2600, la NES ou même la Super Nintendo ont marqué leur époque, et notre prime jeunesse. Mine de rien, Super Mario Bros 3, c’était quand même quelque chose. Oui, et c’est sans doute ce qui explique pourquoi certains d’entre nous passent de longues heures devant leurs émulateurs. Si c’est votre cas, et si vous avez envie de vous monter une petite console dédiée au rétro-gaming sans vous prendre la tête, alors Lakka devrait retenir votre attention. Cette drôle de distribution Linux a effectivement été pensée pour cet usage.

Lakka est basé sur RetroArch, de Libreto. Elle sera donc capable d’émuler plus d’une dizaine de consoles différentes comme la NES, la Super Nintendo, la Nintendo 64, la GameBoy Classic, la GameBoy Advance, la Nintendo DS, la PlayStation, la Master System, la Megadrive, la Saturn ou même l’Atari 2600. Autant dire que vous aurez largement de quoi vous occuper durant vos soirées et vos week-ends.

Lakka

Lakka, une distribution Linux pensée pour les adeptes de rétro-gaming.

En outre, sachez que la distribution n’est pour le moment optimisée que pour le Raspberry Pi. C’est assez limité, certes, mais elle sera à terme capable de tourner sur n’importe quel PC, mais aussi sur l’Apple TV, le Cubox-i, le Cubieboard, le Cubieboard 2, le Cubietruck et le Radxa.

Les barbus à l’origine de Lakka ont d’ailleurs eu la bonne idée de réaliser un tutoriel complet qui vous accompagnera durant l’installation de la distribution sur votre Raspberry Pi. Un tutoriel bourré d’illustrations et de captures écran, histoire que vous sachiez dans quelle direction aller.

N’ayant pas de Raspberry Pi à la maison, je n’ai pas pu tester Lakka mais Olivier semble bien apprécier la distribution. Cette dernière supporte d’ailleurs pas mal de contrôleurs différents, dont celui de la Freebox.

Bref, si vous avez un peu de temps à tuer, lancez-vous !

Mots-clés lakka

Fred

Floodeur compulsif, est très actif sur Twitter ou encore sur Facebook. Sachez en outre que la Fredzone a une page sur Google+.