Clicky

L’Allemagne demande à Facebook et Twitter de combattre les propos haineux

L’année dernière, en Allemagne, une loi sur la modération des propos haineux sur les réseaux sociaux a été votée par le parlement. Elle a été rendue effective trois mois plus tard. Depuis le lundi 1er janvier 2018, elle concerne les réseaux sociaux qui comptent plus de deux millions d’utilisateurs. Les grands réseaux sociaux comme Facebook, Twitter, YouTube et SnapChat devront désormais faire la chasse aux propos haineux en moins de 24 heures.

Dans le cas où les autorités constatent des contenus jugés haineux, la plateforme concernée pourrait être sanctionnée d’une lourde amende. La sanction peut s’élever jusqu’à cinquante millions d’euros. Les contenus prohibés sont notamment les insultes, les incitations à la violence, la propagande terroriste et même les fake news.

facebook-wifi

L’adoption de cette loi a été déplorée par les députés de l’extrême droite Alternative pour l’Allemagne (AfD). Ils ont évoqué des « méthodes dignes de la Stasi » et «la fin de l’Etat de droit en Allemagne».

Une loi qui fait le malheur des réseaux sociaux

Cette disposition ne fait pas le bonheur des grands réseaux sociaux qui sont obligés d’investir beaucoup plus dans différents moyens comme l’IA. Ils devront également augmenter leurs effectifs. En ce qui concerne les propos dont le caractère haineux est encore incertain, les plateformes disposeront de sept jours pour trancher. La loi dispose que les firmes sont tenues de livrer l’identité des auteurs des contenus condamnables à la police.

Ainsi, la première à être concernée est Beatrix von Storch, député de l’extrême droite, qui s’est fait remarquer en publiant ce message : «Que diable se passe-t-il dans ce pays? Pourquoi la police publie-t-elle désormais ses messages officiels en arabe ? S’adresse-t-elle par ce biais aux hordes d’hommes barbares, musulmans et violeurs pour chercher à les amadouer?».

Un début d’année mouvementé

Cette petite-fille du ministre des Finances d’Hitler, très active sur les réseaux sociaux, fait partie de l’aile chrétienne fondamentaliste de l’AfD. Depuis longtemps, elle est en guerre contre les migrants. En 2016, elle avait adressé de nombreuses critiques à l’équipe nationale allemande. Elle s’était plainte du fait que celle-ci soit trop métissée.

En fait, à l’occasion des festivités de la Saint-Sylvestre, la Police de Cologne avait fait un appel à la prudence dans plusieurs langues. Dans son message, l’élue a vivement critiqué les forces de l’ordre et faisait référence aux agressions sexuelles du 31 décembre 2016, commises par des migrants.

Le message a immédiatement été supprimé par Facebook et Twitter. Le compte Facebook de l’élue a été suspendu durant quelques heures. La Police de Cologne, comme d’autres citoyens allemands, a porté plainte contre Beatrix von Storch.

C’est ainsi que la nouvelle année commence en Allemagne.

Mots-clés facebookweb