Clicky

L’Allemagne dit non aux robots tueurs

L’utilisation des armes autonomes est sujette à controverse depuis un certain temps. C’est surtout le fait qu’elles peuvent décider d’elles-mêmes qui pose problème. La question de leur utilisation est souvent remise en question surtout sachant que les technologies intégrant l’intelligence artificielle prennent de plus en plus de terrain et deviennent très sophistiquées. Si des pays comme la Russie se disent en faveur de l’utilisation de l’intelligence artificielle en zone de guerre, des pays comme l’Allemagne s’y opposent.

C’est lors de la conférence de Munich sur la sécurité qui s’est tenu du 14 au 18 février 2018 que l’Allemagne a fait part de sa position sur la question des systèmes d’armes autonomes. Le gouvernement allemand a été clair sur sa décision comme l’a fait comprendre le lieutenant Ludwig Leinhos, chef du nouveau commandement allemand de l’espace informatique et de l’information.

ET Cylon

« Nous n’avons pas l’intention de nous procurer de systèmes autonomes. » tels ont été les mots du lieutenant Ludwig Leinhos.

Les robots tueurs, un danger bien réel

Le développement de robots capables de choisir eux-mêmes leur cible et de les tuer pour remplacer les soldats sur les champs de bataille représente un réel danger. De nombreuses entités en sont conscientes. Elon Musk, le fondateur de Tesla, a même envoyé une lettre de mise en garde à l’ONU contre les dangers que représentent les robots tueurs.

Selon lui, « Les armes offensives autonomes permettront des conflits armés à une échelle jamais vue auparavant. Elles peuvent être des armes terrifiantes, des armes que des dictateurs et des terroristes utilisent contre des populations innocentes et des armes piratées à des fins funestes. »

L’Allemagne rejoint la liste des pays qui ont dit non aux armes autonomes

À l’heure actuelle, 22 pays se sont prononcés contre l’utilisation des systèmes d’armes autonomes. Parmi elles, il y a l’Australie, le Canada et le Royaume-Uni. De leur cote, des pays comme les États-Unis ne se sont pas encore prononcés sur la question.

La Russie quant à elle a choisi son camp et compte s’appuyer sur l’utilisation des armes autonomes pour aider ses forces armées. Dans le cas de l’Allemagne, les déclarations Ludwig Leinhos ont divisé les soldats. Certains d’entre eux se disent favorables à l’utilisation des robots-tueurs.

Andy

Passionné de NTIC, sportif et à ce que l'on dit, un bon vivant !