L’Amazonie était finalement plus peuplée que prévue

On le sait, l’Amazonie abrite la plus grande forêt tropicale du monde, un lieu très hostile où peu de gens osent habiter.

Pourtant, des scientifiques viennent d’y découvrir d’étranges géoglyphes (grands motifs dessinés à même le sol) et une foule d’autres travaux de terrassement qui suggèrent que la forêt amazonienne abritait jusqu’à 1 million de personnes environ avant l’arrivée de Christophe Colomb.

Amazonie

De nombreuses preuves d’anciens peuples d’Amazonie

Le fleuve Amazone, le plus grand bassin hydrographique du monde, abrite la plus grande forêt tropicale de la planète, couvrant environ 6,5 millions de kilomètres carrés à travers neuf pays. Cette région, connue sous le nom d’Amazonie, possède une extraordinaire biodiversité, abritant 1 espèce sur 10 connues dans le monde et 1 oiseau sur 5 parmi les oiseaux terrestres.

L’Amazonie est souvent considérée comme une nature vierge, mais au cours des dernières décennies, les archéologues ont découvert des preuves de nombreuses sociétés complexes qui ont habité l’Amazonie avant l’arrivée de Christophe Colomb. Bien que ces nouvelles découvertes contrastent avec les petites sociétés amazoniennes étudiées au 20e siècle, elles correspondent aux premiers témoignages des Européens des 16e et 17e siècles.

Des recherches ont permis de découvrir de grands terrassements le long de la bordure sud de la forêt amazonienne. Ceux-ci comprenaient des structures géométriques mystérieuses connues sous le nom de géoglyphes combinant des travaux de terrassement carrés, circulaires et hexagonaux.

Près d’un million de personnes vivaient dans l’Amazonie avant l’arrivée de Colomb

Les terrassements que les scientifiques ont trouvés jusqu’à présent dans le sud de l’Amazonie sont généralement très éloignés les uns des autres. Toutefois, cette région était occupée par des peuples partageant des modes de vie communs, suggérant que les terrassements devaient former une chaîne d’environ 1 800 kilomètres de long.

Sur la base de la taille et de la distribution des terrassements, les chercheurs ont suggéré que des sites d’habitations similaires ont pu s’étendre sur environ 400 000 kilomètres carrés le long de la bordure sud de l’Amazone, abritant une population de 500 000 à 1 million de personnes jusqu’à la période précédant l’arrivée de Christophe Colomb.

Les scientifiques envisagent de faire des fouilles supplémentaires dans le bassin supérieur de la rivière rio Tapajós afin d’affiner leur compréhension des développements culturels dans cette région, et de les comparer à des sites similaires dans les environs.