L’application TV française Molotov attaque M6 en justice

On pouvait raisonnablement penser que la lutte entre les FAI et le tandem TF1 / M6 était terminée, mais ce n’est visiblement pas tout à fait le cas. Au-delà de Free, qui a décidé de poursuivre sa croisade contre les deux groupes, on apprend des Echos que l’application française Molotov (qui permet notamment de bénéficier de la TNT depuis n’importe quel terminal sous iOS et Android) s’est récemment lancée dans une action en justice à l’encontre du groupe M6.

Une décision prise suite à une nouvelle clause imposée par la chaîne de Nicolas de Tavernost à l’application. M6 souhaite en effet, au travers de son contrat de renouvellement (le précédent accord qui unissait les deux partis a pris fin en mars dernier), contraindre les utilisateurs de Molotov à payer pour recevoir M6, W9 et 6Ter, pourtant accessibles gratuitement via la TNT.

Dernier acte du conflit qui opposait notamment les FAI à TF1 et M6, l’application française Molotov.tv vient d’assigner le groupe M6 en justice pour « pratique restrictive de concurrence ».

Une clause jugée abusive par Jean-Marc Denoual, le cofondateur de la plate-forme, et ses collaborateurs. Après avoir fait appel – sans succès – à un médiateur, Molotov a donc décidé de saisir la justice qui devra trancher dans un sens ou dans l’autre. Une manœuvre potentiellement risquée pour l’application.

Si M6 a les dents longues, Molotov a-t-il la peau suffisamment dure ?

« En clair, M6 essaie de nous imposer notre politique commerciale » indique Jean-Marc Denoual en guise de résumé de la situation qui oppose son service au groupe. Il précise également que Molotov paye d’ores et déjà un montant « significatif » à M6 pour pouvoir bénéficier de Paris Première et Téva.

Du côté du groupe M6, on ne voit pas les choses de la même façon, bien sûr. « Molotov nous a proposé d’expérimenter un modèle ‘freemium’. Nous avons accepté de faire une exception et de les accompagner. Deux ans plus tard, la valeur ajoutée que nous en tirons pour nos chaînes thématiques ne justifie pas que nous poursuivions » déclare pour sa part Thomas Follin, directeur général adjoint de M6 chargé des activités de distribution, toujours auprès des Echos.

La grande question reste toutefois de savoir si ce combat ne serait pas celui de David contre Goliath ; avec d’un côté un Molotov toujours un peu fragile financièrement parlant, et de l’autre un groupe M6 difficilement impressionnable.

C’est en tout cas une affaire qui méritera d’être suivie. Si la balance de la justice venait à pencher en faveur de M6, la chose pourrait vite prendre des allures de situation de jurisprudence à la faveur d’autres chaînes (TF1 en tête) – et potentiellement en défaveur des téléspectateurs de base que nous sommes…

Mots-clés m6molotov