L’auteur d’attaques DDoS contre Steam, Sony et EA va passer deux ans en prison

La justice semble désormais prendre au sérieux les attaques en ligne. L’une des façons les plus connues reste le DDoS avec des outils facilement trouvables sur la toile : inutile de passer par le Dark Web. Seulement voilà, utiliser de tels programmes peut vous exposer à des sanctions sévères, surtout lorsque les attaques concernent de grosses sociétés.

Et c’est ce qu’Austin Thompson, appelé « DerpTrolling » sur la toile a appris. Cet américain de 23 ans vivant dans l’Utah devra s’affranchir d’une forte amende en plus d’une peine de prison de deux ans pour avoir attaqué les serveurs de Sony, Steam et EA.

ados-piratage-ddos

L’homme avait plaidé coupable lors de son procès l’an dernier et vient récemment d’être condamné.

Pour se justifier, Austin Thompson aura exposé plusieurs arguments, comme nous le révèle le Département de Justice.

L’auteur des attaques évoque « le fun »

C’est en 2014 que l’auteur de ces attaques DDoS a été arrêté après s’en être pris aux serveurs de géant des jeux vidéo. Cet homme de 23 ans a ensuite plaidé coupable lors d’un procès s’étant déroulé quatre ans plus tard. C’est une peine de 27 mois qui a été prononcée à son encontre en plus d’une forte amende de 95000 dollars pour Sony – qui était l’une des sociétés attaquées en plus de Steam et EA.

L’auteur de ces attaques, surnommé « DerpTrolling » sur la toile, a utilisé le DDoS. Lors de son procès, l’homme explique avoir lancé ce raid pendant Noël pour empêcher les enfants de profiter de leurs nouveaux jeux. Ce dernier explique qu’il souhaitait que les personnes touchées passent du temps en famille et pas devant un écran. « DerpTrolling » souhaitait également leur gâcher la fête et, pour couronner le tout, évoque « le fun » de sa démarche.

Les faits remontent à 2014 alors que les serveurs étaient plus sensibles aux attaques DDoS. Une technique qui consiste à des connexions massives à un serveur dans le but de le faire planter. Dans ce cas précis, il s’agissait d’empêcher les joueurs de profiter de certaines fonctionnalités demandant une connexion.

Reste que la sanction reste très sévère pour ces attaques DDoS à l’encontre de géant de l’industrie, notamment Sony qui n’aura pas forcément besoin de 95000 dollars supplémentaires face à une trésorerie déjà chargée !