Laval : l’étudiant qui a détruit 88 ordinateurs de son école a été définitivement exclu

L’ESTACA a fait la une de nombreux médias en fin d’année dernière lorsqu’un de ses élèves a eu l’idée un peu folle de griller 88 ordinateurs de son école à l’aide d’une clé USB Killer. Depuis, l’élève est passé devant le conseil de discipline de l’établissement et ce dernier a finalement décidé de l’exclure.

L’établissement en question est situé à Laval et il propose aux étudiants plusieurs cursus différents, des cursus liés au domaine de l’aéronautique, de l’automobile, du spatial ou encore des transports guidés.

ESTACA

Un étudiant a eu besoin d’une simple clé USB pour griller 88 ordinateurs de son école.

Fondée dans les années 20, elle a une bonne réputation et elle accueille chaque année des centaines d’étudiants.

L’ESTACA a porté plainte contre l’étudiant

L’ESTACA a mis en place un réseau constitué de plusieurs dizaines de postes dans ses locaux. Ils sont essentiellement utilisés dans un cadre éducatif et ils permettent ainsi aux étudiants de travailler sur leur rapport ou même de créer des modèles en lien avec la spécialisation choisie à l’issue de leur seconde année.

En fin d’année dernière, le responsable informatique de l’école a été confronté à une panne sévère. En arrivant un matin, il a effectivement constaté que plusieurs postes ne répondaient plus. Après avoir lancé un audit du parc, il a constaté que 88 ordinateurs avaient grillé.

Il est intervenu directement sur place pour examiner les machines et il a alors réalisé que ces dernières avaient toutes été frappées par une USB Killer.

L’étudiant passera prochainement devant un juge

L’établissement a immédiatement lancé une enquête en interne. Elle a porté ses fruits et l’équipe pédagogique a ainsi pu identifier l’auteur de l’attaque, un étudiant de 21 ans en quatrième année. Ce dernier n’a pas cherché à nier les faits et il a très vite reconnu sa culpabilité.

L’ESTACA a immédiatement déposé une plainte auprès du commissariat de Laval et il a lancé en parallèle une procédure disciplinaire à l’encontre de l’étudiant. Après plusieurs réunions, la commission a finalement décidé de l’exclure définitivement de l’établissement. Une décision plutôt logique compte tenu du montant du préjudice subi. En tout, l’école a estimé que l’attaque lui avait coûté la bagatelle de 250 000 €.

Le dossier n’est cependant pas bouclé. L’étudiant passera en effet devant un tribunal en mai prochain pour répondre de ses actes.