Clicky

L’avenir du sexe sera virtuel selon Brian Shuster

Brian Shuster en est persuadé, l’avenir du sexe passera inévitablement par la réalité virtuelle. Mieux, d’après lui, il arrivera même un jour où la technologie supplantera les rapports charnels.

La réalité virtuelle n’est désormais plus du domaine de la science-fiction. La technologie a effectivement rattrapé l’imaginaire et de nombreuses multinationales se sont lancées sur le secteur. C’est notamment le cas de Facebook, Google ou même HTC. Samsung lui-même s’intéresse de près à la chose et il en va d’ailleurs de même pour Sony.

Sexe virtuel

L’avenir du sexe appartient-il au virtuel ? Brian en est persuadé.

Mais ce secteur d’activité n’intéresse pas uniquement les entreprises axées sur les nouvelles technologies.

La réalité virtuelle, une alliée de taille pour l’industrie pornographique

L’industrie du porno en est elle aussi très friande. Pornhub a été le premier à miser sur cette technologie en lançant une rubrique entièrement dédiée aux contenus de ce type. Il a depuis été rejoint par YouPorn, mais aussi par de nombreuses autres plateformes du même type.

Les studios de production eux-mêmes travaillent sur la chose et certains d’entre eux ont poussé le concept assez loin en développant une caméra spécialement adaptée à la captation de séquence en POV.

Flairant le bon coup, les constructeurs de sextoys ont eux aussi investi des sommes colossales pour développer des produits plus intelligents et plus connectés, des produits capables d’offrir des sensations plus nuancées afin d’accompagner ces productions immersives.

Brian Shuster s’intéresse beaucoup à ce secteur d’activité lui aussi et c’est précisément ce qui l’a poussé à fonder l’entreprise Holo Girls VR.

Comme son nom le laisse entendre, cette société est spécialisée dans la production de contenus pornographiques pensés pour la réalité virtuelle. Elle est donc à la tête d’un catalogue riche de plusieurs centaines de vidéos spécialement optimisées pour les casques du marché.

Holo Girls VR ratisse d’ailleurs large et la boîte propose ainsi des solutions adaptées à l’Oculus Rift ou au HTC Vive, mais aussi au Samsung Gear VR ou même aux smartphones. Toutefois, et contrairement aux autres plateformes évoquées un peu plus haut, l’accès à ces vidéos nécessite de souscrire un abonnement, facturé au prix fort.

Le sexe virtuel finira-t-il par prendre le pas sur le sexe réel ?

En attendant, Brian a été amené à répondre aux questions de nos confrères du Huffington Post lors d’une interview récente et il a profité de l’occasion pour donner sa vision des choses.

Pour lui, c’est bien simple, le sexe virtuel finira inévitablement par prendre le dessus sur le sexe réel. Mieux, il pense même que les relations charnelles finiront par devenir une sorte de fétichisme.

Brian est en effet persuadé que le marché de la réalité virtuelle va continuer à se développer dans les années à venir et que les futures évolutions des technologies associées finiront par rendre encore plus ténue la frontière entre le réel et le virtuel. Lorsque cela arrivera, la pornographie ne sera plus uniquement un bien de consommation, mais une véritable manière de vivre.

Car en effet, le virtuel a un avantage de taille par rapport au réel. Il n’a absolument aucune limite. Dans ce contexte, le fondateur de Holo Girls VR estime que les futures productions pornographiques permettront aux hommes et aux femmes de repousser les limites de leur propre désir et de leur propre sexualité.

Cette vision peut sembler assez effrayante, mais Brian pense aussi que la disparition des rapports charnels aura des bienfaits sur notre équilibre. D’après lui, la réalité virtuelle pourrait même permettre de renforcer les relations amoureuses en faisant disparaître la notion d’infidélité.

Bien décidé à prendre une part active dans cet avenir radieux, Brian a donc eu l’idée de lancer le Red Light Center VR, une ville virtuelle dans laquelle les utilisateurs peuvent interagir par le biais d’avatars interposés. Comme Second Life, donc, mais avec beaucoup plus de sexe.

Mots-clés insolite

Fred

Floodeur compulsif, est très actif sur Twitter ou encore sur Facebook. Sachez en outre que la Fredzone a une page sur Google+.