Le Blue Whale Challenge continue de se répandre en France

Le Blue Whale Challenge a causé la mort de plus de 100 enfants et adolescents en Russie. Il s’est ensuite répandu à travers l’Ukraine et plusieurs pays situés en Europe de l’Est avant d’arriver en France. Il est d’ailleurs en train de se répandre à travers toute la Bretagne. Les autorités incitent donc les parents à se montrer extrêmement vigilants.

Les réseaux sociaux voient souvent passer des défis totalement décalés. Certains consistent à se verser un seau d’eau froid sur la tête, d’autres à rester totalement immobile comme des mannequins de cire.

Blue Whale Challenge

Le Blue Whale Challenge n’a rien d’un défi fantaisiste, lui. Bien au contraire. Extrêmement nocif, il verse dans le suicide et il a provoqué la mort de plusieurs dizaines d’adolescents au fil de ces derniers mois.

Le Blue Whale Challenge aurait provoqué la mort d’une centaine d’adolescents

Pour participer à ce challenge, il est en effet nécessaire de commencer par trouver un parrain, le plus souvent en s’appuyant sur les réseaux sociaux. Lorsque ce sera fait, ce dernier nous poussera à relever pendant cinquante jours des défis chaque fois plus dangereux.

Les premiers défis seront le plus souvent assez simples à mettre en oeuvre. Il sera ainsi demandé aux participants de se prendre en photo en pleine nuit, ou même de vider quelques verres d’alcool tout en se filmant.

Toutefois, très vite, ces défis se feront de plus en plus dangereux et ils pousseront notamment les candidats à se mettre en danger en grimpant sur le toit de leur immeuble ou même à s’auto-mutiler. L’idée étant bien évidemment de les préparer à leur ultime défi : se donner la mort.

D’après l’enquête menée par les autorités, ce défi serait apparu en premier en Russie, avant de se répandre à travers l’Ukraine et les pays frontaliers. Toutefois, Internet n’a pas de frontière et plusieurs cas ont ainsi été repérés aux États-Unis, au Royaume-Uni ou même en France.

Les pouvoirs publics tirent la sonnette d’alarme

Deux adolescentes résidant dans les Hauts-de-France ont en effet été entraînées dans un Blue Whale Challenge le mois dernier. L’une d’entre elles avait d’ailleurs atteint le niveau 45. La gendarmerie a immédiatement réagi en publiant plusieurs messages de mise en garde sur ses différents profils sociaux et l’Éducation nationale a demandé pour sa part aux enseignants de se montrer vigilants en classe.

La Bretagne a été durement touchée elle aussi si l’on en croit l’enquête menée par le Télégramme. Dix élèves avec les bras ou les cuisses scarifiés ont effectivement été repérés dans un établissement de la région. La plupart d’entre eux étaient en cinquième et ils n’étaient pas des enfants à problème.

Le Courrier Picard, de son côté, a évoqué dans un de ses derniers articles une tentative de pendaison dans le Pas-de-Calais. Elle serait imputable au Blue Whale Challenge. Quatre autres adolescentes ont également été signalées en danger.

Une fois encore, la police a publié de nombreux messages d’avertissement sur les réseaux sociaux, en renvoyant les internautes vers une page spécialement mise à la disposition des internautes par le Ministère de l’Intérieur, une page accessible à cette adresse.

L’association e-Enfance a pour sa part inviter les parents et les adolescents à contacter le numéro gratuit 0 800 200 000 pour s’informer sur les dangers de ce challenge.

La vigilance est donc de mise. Si vous avez un adolescent à la maison, il est primordial de le mettre en garde. Le Blue Whale Challenge peut frapper tous les foyers.

Mots-clés nopubsécurité