Le Canada limoge son ambassadeur de Chine après l’arrestation d’un dirigeant de Huawei

Le Premier ministre canadien, Justin Trudeau, a remercié son ambassadeur de Chine, John McCallum. Ce limogeage fait suite à de nombreux commentaires et remarques suscités par la récente arrestation d’un dirigeant de Huawei.

En effet, en décembre 2018, les autorités canadiennes ont procédé à l’arrestation de Meng Wanzhou, directrice financière et fille du fondateur de Huawei. Notons qu’en plus de sa position, Meng Wanzhou a également siégé au conseil d’administration de la société Skycom, basée à Hong Kong.

Or, cette entreprise aurait entretenu des relations avec l’Iran. Selon les dires des procureurs fédéraux, en faisant affaire avec des banques iraniennes, Huawei aurait transgressé les sanctions américaines à l’encontre du pays.

Les États-Unis veulent extrader Meng Wanzhou

Meng Wanzhou a été libérée sous caution devant un tribunal canadien peu de temps après son arrestation.

Malgré tout, elle demeure en Colombie-Britannique, une province canadienne à l’extrême ouest du pays, le temps que les États-Unis dressent une demande d’extradition qui obligera Wanzhou à comparaître et à répondre de ses actes devant la justice américaine.

Toutefois, l’ancien ambassadeur John McCallum a récemment déclaré au cours d’une conférence de presse que Meng avait de solides raisons, recevables devant un juge, pour s’opposer à cette tentative d’extradition.

Il a cité, pour cela, les déclarations faites par l’actuel président américain, Donald Trump et la nature des sanctions.

La demande d’extradition devrait arriver le 30 janvier 2019

Les déclarations de John McCallum laissent croire que l’arrestation de Meng était motivée par des raisons politiques. À l’entendre, cette arrestation aurait également eu de graves répercussions sur le Canada, et même sur lui-même, puisque de nombreuses critiques l’accusent d’avoir trempé dans cette affaire. Ce qui, actuellement, lui a même coûté son poste d’ambassadeur.

Néanmoins, alors que John McCallum tentait de revenir sur ses déclarations, il a laissé entendre que « ce serait formidable pour le Canada » si les États-Unis abandonnaient la demande d’extradition. En tout cas, l’arrestation de Meng a considérablement détérioré les relations entre le Canada et la Chine étant donné qu’à la suite de cette arrestation de Meng, la Chine a aussi appréhendé deux citoyens canadiens.

Actuellement, nous approchons à grands pas de la date limite de dépôt de la demande d’extradition par les autorités américaines. En effet, cette demande devrait parvenir au Canada le mercredi 30 janvier 2019.

Mots-clés huawei