Le cerveau des fourmis, futur système de guidage de nos robots ?

Les fourmis sont des créatures assez singulières. Intelligentes et sociables, elles ont développé de nombreuses compétences au fil des siècles, à commencer par un système de guidage extrêmement précis. Elles n’ont effectivement aucune difficulté pour se diriger et elles peuvent même se déplacer à reculons sans craindre de se perdre. Plusieurs scientifiques suggèrent que l’industrie s’en inspire pour développer les systèmes de guidage de nos futurs robots.

Les fourmis sont des exploratrices dans l’âme et elles sont ainsi capables de parcourir des centaines de mètres pour trouver de la nourriture ou des ressources pour leur fourmilière.

Fourmis GPS

Les fourmis ne sont pas très grandes, mais elles sont très futées.

Mais ce n’est pas le plus fou. Non, car ces petites créatures sont aussi douées d’un sens de l’orientation inné et elles sont ainsi capables de parcourir de longues distances sans se perdre.

Les fourmis sont très futées

Fascinés par la chose, des entomologistes les ont étudiées pendant plusieurs mois afin de percer leurs secrets. La pêche a été fructueuse et ils ont ainsi publié les résultats de leur étude la semaine dernière dans une revue spécialisée très connue dans le milieu : Cell.

Durant leurs observations, ces scientifiques ont remarqué que les fourmis utilisaient la position du soleil et leur mémoire visuelle pour retrouver le chemin menant à leur fourmilière.

Comment ? Leur manière de procéder est assez simple. Lorsqu’elles marchent à reculons en tirant une charge, les fourmis s’arrêtent de temps à autre pour regarder autour d’elles. Lorsqu’elles le font, elles observent les alentours, mais aussi la position du soleil.

En combinant ces deux informations, elles peuvent donc retrouver facilement leur itinéraire.

Comprendre les fourmis pour développer des systèmes robotisés autonomes

Afin de vérifier cette théorie, les chercheurs ont procédé à une expérience assez insolite. Ils ont effectivement utilisé des miroirs pour modifier virtuellement la position du soleil. L’expérience a été une véritable réussite puisque les insectes testés ont tous pris la mauvaise direction.

Cette découverte est loin d’être anodine. Elle prouve en effet que les fourmis ne se focalisent pas uniquement sur leur environnement direct pour établir leurs déplacements. En réalité, ces surprenants insectes sont aussi capables d’envisager leur environnement dans sa globalité.

Barbara Webb, une chercheuse travaillant pour l’Université d’Edimbourg, estime que cette découverte pourrait tout à fait être profitable à l’industrie, et plus précisément au secteur de la robotique. Comprendre le fonctionnement du cerveau des fourmis pourrait en effet nous permettre de concevoir et de développer des systèmes robotiques plus précis et plus autonomes, des systèmes capables de se déplacer sans s’égarer.