Le Concours Lépine a un problème avec les sextoys

Pour le Concours Lépine, l’innovation doit visiblement rester au-dessus de la ceinture. C’est en tout cas ce que l’on peut déduire du traitement infligé à B.Sensory, une start-up brestoise très en vue dans la sulfureuse sex tech. Elle a effectivement été contrainte de quitter la Foire de Paris à la demande de l’organisation en charge du concours.

Christel Le Coq, la fondatrice de la société, travaille depuis plusieurs mois sur un sextoy connectée pensé pour les femmes, le Little Bird.

B.Sensory

Invitée à la Foire de Paris par une société de production travaillant en étroite collaboration avec M6, elle était censée conserver son stand pendant toute la durée du salon.

B.Sensory a été contraint de quitter la Foire de Paris

Toutefois, l’organisation du Concours Lépine ne l’a pas entendu de cette oreille et elle a ainsi demandé à l’entrepreneuse de plier bagage dès la fin du tournage. La raison invoquée ? Ils refusaient tout simplement de conserver un objet sexuel dans leur espace.

Christel Le Coq a bien tenté de leur faire entendre raison, en pure perte. Elle a été contrainte de réunir ses affaires et de quitter les lieux.

Le Little Bird est un produit assez insolite. Il se présente sous la forme d’un vibromasseur recouvert de silicone médical et pourvu d’un module de communication. Une fois connecté à un smartphone, il est capable de se synchroniser avec l’application développée par le constructeur, une application se présentant comme une librairie virtuelle composée uniquement d’ouvrages érotiques.

Little Bird, un sextoy connecté pas comme les autres

Les ouvrages en question sont un peu particuliers. Ils contiennent en effet de nombreux passages épicés, mais ces derniers sont tous floutés. L’utilisatrice doit ainsi les caresser du bout des doigts pour les faire apparaître. Lorsqu’elle le fait, l’application envoie des instructions au sextoy afin de le faire vibrer. L’intensité de la vibration dépend bien évidemment de la teneur du passage.

Très original, le produit a été unanimement salué par la presse et il a notamment décroché le prix de l’innovation au CES 2016.

En dépit de ce succès, Christel Le Coq a essuyé quelques déconvenues au fil de ces derniers mois et elle s’est ainsi retrouvée face à un refus de financement de la part du Crédit Agricole. La banque avait en effet tiqué sur la nature et le positionnement du produit.

En attendant, si l’aventure vous tente, sachez que le Little Bird est disponible dès à présent au prix de 129 €.

Mots-clés nopubnsfysextoys