Le Démon de Dover, ou l’histoire de la créature du Massachusetts

En avril 1977, quatre adolescents de la ville de Dover, dans le Massachusetts, ont été témoins de nombreuses apparitions du « Démon de Dover ». Celui-ci n’a été aperçu que pendant la nuit, pour une durée limitée et dans une zone précise.

Tracés sur une carte, les endroits où les apparitions ont eu lieu forment une ligne droite de quatre kilomètres, à proximité de l’eau et dans une zone forestière.

Théorie mort

Les témoins ont tous décrit la créature de la même manière. Elle aurait une tête en forme d’œuf sans bouche, ni nez, ni oreilles. Ses deux yeux orange s’illumineraient comme des billes en verre. Ses jambes, ses bras et ses doigts seraient longs et fins. Sa peau ocre serait dépourvue de pilosité. Le plus étrange est que le monstre de petite taille ressemblerait plus à un humain qu’à un animal.

« Trois grandes légendes dans la même région, dont un diable à cheval en 1600, des trésors enfouis, puis le démon Dover. Cela explique énormément de choses », a noté Coleman, un crypto zoologue. « Il y a des endroits qui renferment des mystères et Dover en fait partie ».

Des témoignages persuasifs

William Bartlett, alors âgé de 17 ans, serait le premier à avoir vu le Démon de Dover. C’était la nuit du vingt et un avril vers vingt-deux heures, à Farm Street. Il était accompagné de ses deux amis, Mike Mazzocco et Andy Brodie. Il aurait aperçu la créature « se tenant sur un mur et ses yeux brillaient sous les phares. Ce n’était ni un chien ni un chat caril n’avait pas de queue ».

Bartlett serait passé à trois mètres du monstre pendant qu’il conduisait. Il a, alors, écrit à côté du portrait-robot du monstre : « Moi, Bill Bartlett, jure sur une pile de Bibles que j’ai vu cette créature ». Trente ans plus tard, il maintient encore sa version des faits.

« C’était une créature avec de longs doigts maigres. Elle ressemblait plus à une forme humaine qu’à un animal… J’ai toujours essayé de deviner ce que c’était, mais je n’ai jamais eu aucune idée. Les gens qui me connaissent savent que je n’ai pas inventé ça », a-t-il expliqué.

Deux heures après, John Baxter, un autre adolescent de quinze ans, affirme s’être trouvé à proximité de la créature, alors qu’il rentrait chez lui. Il l’a même dessiné en noir et blanc « debout à côté d’un arbre, de grands yeux et des mains semblables à des vrilles ».

Des antécédents inexpliqués

La créature aurait été observée pour la dernière fois le lendemain par Abby Brabham, une fille de quinze ans, et Will Traintor, âgé de dix-huit ans. Ils l’auraient vu au bord de la route, à côté d’un arbre. Toutefois, Abby maintient avoir vu des yeux verts lumineux et non orange.

Loren Coleman estime que les récits sont crédibles, car cette zone avait déjà des antécédents inexpliqués. Il a interviewé les témoins et a appelé la créature « Démon de Dover ». Cette appellation a été, par la suite, reprise par la presse. Il a aussi rendu l’affaire célèbre à travers « Mysterious America » et « The Revised Edition ».

Reste que la légende a été profitable à la ville. Dover attire en effet de nombreux touristes et elle fait désormais partie de la culture populaire. Mieux, son influence s’étend même jusqu’au Japon où une entreprise locale a créé et commercialisé des figurines en l’honneur du monstre.

Une nouvelle preuve que les monstres peuvent parfois être très « bankables ».

Mots-clés insolite