Le directeur de l’ESA a toujours dans l’idée de construire un village lunaire international

Johan-Dietrich Wörner est arrivé à la tête de l’ESA en 2015 et il a très vite proposé l’idée d’un village lunaire pour succéder à la Station Spatiale Internationale, financée pour le moment jusqu’en 2024. Depuis, il semblerait que l’idée ait fait de chemin puisque l’homme indique avoir reçu beaucoup de réactions positives de la part de plusieurs acteurs du marché.

Johan-Dietrich Wörner est né à Cassel dans les années 50. Passionné de sciences, il a fait ses études supérieures à l’Université Technique de Berlin et à l’Université Technique de Darmstadt où il a passé un diplôme en ingénierie civile.

Base lunaire ESA

Il y aura peut-être bientôt un village lunaire sur notre satellite.

Durant cette période, il a passé pas moins de deux ans au Japon afin d’étudier les constructions antisismiques et il est revenu ensuite à Francfort pour travailler dans le bureau d’étude de König et Heunish.

Le directeur de l’ESA a évoqué la création d’un village lunaire pour la première fois en 2015

Il a quitté son emploi quelques années plus tard pour devenir enseignant à l’Université Technique de Darmstadt, en génie civil. Un retour aux sources, en somme. Il a grimpé les échelons un à un et il a fini par devenir président de l’établissement.

En parallèle, il a aussi beaucoup travaillé pour l’agence aérospatiale allemande et il a même fini par devenir président de son conseil d’administration. Quelques années plus tard, en 2015 donc, il a été nommé directeur général à l’ESA et donc à l’agence spatiale européenne.

Johan-Dietrich Wörner travaille sur de nombreux projets et le fameux village lunaire évoqué un peu haut n’en fait curieusement pas partie. En réalité, pour l’heure, il s’agit davantage d’un concept ouvert et il a tenu à le rappeler dans son dernier entretien à l’Agence France Presse.

À l’heure actuelle, toutes les expériences menées dans l’espace le sont à bord de l’ISS et donc de la Station Spatiale Internationale. Cette dernière remplit très bien son office, mais elle nécessite aussi de lourds investissements de la part des différentes agences spatiales mondiales et elle est financée pour le moment jusqu’en 2024.

Un village ouvert à tous, aux nations comme aux entreprises privées

Le directeur de l’ESA n’a évidemment pas l’intention d’abandonner le projet, mais il se pose aussi de nombreuses questions et cela fait maintenant plusieurs années qu’il réfléchit à la création d’un village lunaire international.

L’idée, ce serait donc de créer une base internationale sur la Lune afin d’accueillir les astronautes, les chercheurs, mais aussi toutes les personnes s’intéressant de près ou de loin à notre satellite. Il n’y aurait aucune limite d’imposée et chacun pourrait travailler sur les projets de son choix, bien entendu.

À la question du financement, Johan-Dietrich Wörner précise bien que ce village lunaire ne serait pas financé par les pays membres de l’ESA. En réalité, pour que le projet soit viable, il faudrait l’ouvrir à tous les acteurs mondiaux.

La bonne nouvelle, c’est que plusieurs pays travaillent actuellement sur des missions lunaires et c’est notamment le cas de la Russie ou même de la Chine. Toute la question est évidemment de savoir si ces nations seraient capables de travailler ensemble.

Le directeur de l’ESA a la ferme attention de défendre son projet et il se rendra d’ailleurs au Mexique à la fin du mois pour en parler à l’occasion du 67ème congrès astronautique international. Maintenant, si un tel projet doit réellement voir le jour, alors cela ne se fera sans doute pas avant une décennie.

Mots-clés esaespacelune