Le Galaxy S10 s’est fait démonter

Le lancement de la nouvelle gamme de smartphones de Samsung a tenu le monde en haleine il y a quelques semaines. Mais que vaut vraiment la principale figure de proue du constructeur coréen, le fameux Galaxy S10 ?

Les gars de ifixit.com nous ont offert une immersion au cœur des entrailles et des méandres de composantes du flagship du constructeur coréen, pour nous faire découvrir ce qu’il a vraiment dans le ventre, et on peut les en remercier.

Prise en main des Galaxy S10 et Galaxy S10+ : image 10

Les petits exercices de ce genre ont indéniablement un grand intérêt, car ils donnent aux consommateurs une perspective sur ce qui pourrait être réparé en fonction de futurs dommages qui pourraient impacter un terminal qui n’est pas à proprement parler très abordable.

L’écran sera difficile à remplacer en cas de bris

Pour un smartphone, le Galaxy S10 n’y faisant pas exception, l’écran et la batterie sont les deux éléments qui sont les plus sujets à une dégradation.

Pour le premier, ce seront les sollicitations dues à l’utilisation de la dalle et les chocs qui sont en première ligne. Dans le cas du Galaxy S10, l’écran ultramince sert également de dissipateur thermique, aux côtés des couches de cuivre, de graphite et d’adhésifs qui servent à répartir et à mieux évacuer, par radiation, la chaleur produite par les composantes internes du smartphone.

Cette configuration rend l’accès à la dalle, de l’intérieur très difficile, tandis qu’en façade, elle est collée à un verre qui le protège. Par ailleurs, la présence du capteur ultrasonique pour le déverrouillage via empreinte digitale n’aide pas, le coût de l’ensemble restant prohibitif en cas de dysfonctionnement.

La batterie sera également moins accessible

Le point fort de la nouvelle batterie est tout d’abord sa capacité : avec 13,09 Wh, Samsung est parvenu à gagner 13% de capacité de plus sur le S10 comparé au Galaxy S9. Face aux terminaux d’Apple, il est également plus autonome, l’iPhone XR affichant 11,16 Wh et le XS étant à 10,13 Wh.

Par contre, la capacité du terminal à charger un autre appareil juste par contact via son dos est un point négatif qui pourrait négativement influer sur la durée de vie de sa batterie.

En étant fortement collée à structure métallique qui enchâsse le terminal, la batterie résiste à un démontage. Cela nécessite d’ailleurs l’utilisation d’un décapant, après que la structure en verre qui recouvre l’arrière de l’appareil ainsi que les coussinets de dissipation thermique en graphite, et les bobines du chargeur sans fil ont été enlevées.

En somme, plusieurs composantes du Galaxy S10 sont modulaires et démontables, donc indépendamment remplaçables. Toutefois, cela comporte beaucoup de risque et peut revenir très cher à remplacer, que ce soit en termes de main d’œuvre ou pour le prix des pièces de rechange.