Le Japon a bombardé l’astéroïde Ryugu

Une grande première dans l’histoire de l’humanité : le bombardement d’un astéroïde. Baptisé Ryugu, il se situe (ou plutôt se situait) à 200 millions de kilomètres de la Terre. L’on doit cet immense succès à la sonde spatiale japonaise Hayabusa2 dont le lancement date de 2014.

Elle embarquait un dispositif explosif SCI de deux kilos que l’engin a déployé sur la surface de l’astéroïde à l’aide d’un projectile. Hayabusa2 était aussi équipé d’une balle de tantale de cinq grammes.

Russie Astéroïde

Le vendredi 5 avril 2019, l’agence spatiale japonaise JAXA a publié un communiqué de presse résumant l’opération. Le déploiement de l’explosif a eu lieu tôt dans la matinée du 5 avril, soit à 4 heures (heure française).

Pour ce qui est de l’explosion, elle a été enregistrée à 4 h 36 (heure française), ce qui laissait à la sonde spatiale Hayabusa2 près de 40 minutes pour se mettre à l’abri.

Grâce à une caméra intégrée, la sonde spatiale Hayabusa2 a pu capturer le moment de l’impact. Les images ont été publiées par la JAXA.

Pourquoi bombarder l’astéroïde Hayabusa2 ?

Selon l’agence, cette mission avait pour objectif de créer un cratère artificiel grâce auquel on pourra récolter des échantillons au niveau de la surface ainsi que du sous-sol de l’astéroïde Ryugu. Ces mêmes échantillons seront, par la suite, analysés par des scientifiques de la Terre.

Pour l’heure, on ignore si les explosifs ont été suffisamment puissants pour exposer le sous-sol de l’astéroïde. Aussi, il faudra attendre quelques semaines pour confirmer si oui ou non la mission a porté ses fruits.

Ces quelques semaines correspondent au temps de repositionnement de l’engin spatial.

Un retour prévu en 2020

Le bombardement de Ryugu constitue la dernière phase d’une mission spatiale lancée le 3 décembre 2014. Le 21 février 2019, la sonde japonaise a déjà réussi à collecter de précieux échantillons du sol de l’astéroïde. Le prochain passage est prévu dans deux semaines. Un passage ayant pour but de prélever des échantillons du cratère artificiel.

Si tout se passe bien, Hayabusa2 devrait retourner à sa base dans le courant de 2020. À partir de là, tous les échantillons recueillis durant la mission seront étudiés en laboratoire. Une chose est sûre, la réussite de cette mission propulse le Japon au premier rang.

Mots-clés astéroïdejapon