Le Japon vient d’ouvrir sa première maison close avec poupées sexuelles

Les Japonais ont de plus en plus de mal à trouver l’amour. C’est en tout cas ce que révèle une des dernières études menées par l’Université de Tokyo. D’après les conclusions des analystes, un trentenaire sur dix n’aurait jamais eu de relation hétérosexuelle et le nombre d’adultes sans expérience sexuelle aurait beaucoup augmenté ces dernières années.

Selon les chiffres, des chiffres relayés par Le Journal de Montréal, en 2015, environ 11,9 % des femmes âgées de 30 à 34 ans et 12,7 % des hommes du même âge expliquaient n’avoir eu aucune expérience sexuelle avec des adultes du sexe opposé.

Sextoii

Sergi Prieto, le fondateur de LumiDolls, a donc eu l’idée d’ouvrir une maison close spécialisée dans la ville de Nagoya.

LumiDolls a ouvert une maison close à Nagoya

Toutefois, au lieu d’avoir recours à des femmes et des hommes faits de chair et de sang, l’entrepreneur a préféré se tourner vers des poupées sexuelles spécialement développées pour cet usage.

Cet établissement n’est pas le premier du genre. D’autres maisons closes spécialisées ont en effet ouvert leurs portes dans différentes parties du monde et cela vaut notamment pour la ville de Paris.

Dans ce cas précis, Sergi Prieto a procédé à quelques optimisations afin de calquer l’offre sur la demande.  Les clients de l’établissement peuvent ainsi choisir différents modèles de poupées. Certains sont vêtus de la lingerie de base, tandis que d’autres sont vêtus comme des écolières ou des femmes d’affaires. Pour commencer, seuls quatre modèles seront proposés aux usagers, mais la liste s’agrandira avec le temps.

Les poupées intelligentes sont encore trop chères pour être rentables

Sergi Prieto a également indiqué lors d’une entrevue que beaucoup de ses clients demandaient des rendez-vous avec plusieurs poupées, des poupées de différents sexes.

En revanche, tous les modèles proposés sont basiques. Aucun n’est motorisé ou mu par une intelligence artificielle. Sergi Prieto estime en effet que ces modèles sont encore trop chers et donc trop difficiles à rentabiliser. Il préfère donc attendre que les prix baissent pour investir dans des poupées animées.

A noter que l’établissement de Nagoya propose deux forfaits. Les usagers peuvent opter pour une session d’une heure facturée 13 000 yens (104 €) ou pour une session de trois heures proposée à 36 000 yens (288 €).

Mots-clés japonnsfy