Clicky

Le jour où la NASA a involontairement brûlé des composants organiques de Mars

Alors que la NASA vient tout récemment d’annoncer la découverte d’étranges molécules organiques sur Mars, une étude montre des révélations qui pourraient mettre l’agence spatiale américaine dans l’embarras. L’étude suppose que la NASA a déjà fait une découverte plus ou moins similaire il y a de cela quarante ans, mais l’agence aurait accidentellement brûlé les échantillons en question.

Les faits se seraient produits en 1976, durant le programme spatial Viking.

Mars

À l’époque, la NASA avait envoyé deux sondes spatiales, Viking 1 et Viking 2, sur la planète rouge. Une fois arrivés sur place, les deux engins auraient enflammé par accident des molécules de carbone contenues dans le sol martien alors qu’ils prélevaient des échantillons.

Menées par Chris McKay, chercheur au centre de recherche Ames de la NASA, les études ont été publiées dans le magazine New Scientist.

Que s’est-il vraiment passé ?

Chris McKay suggère que ce sont les atterrisseurs des sondes qui auraient accidentellement brûlé les molécules organiques présentes dans les échantillons. Le chercheur explique que pour tester le sol et récolter les échantillons, les atterrisseurs ont dû chauffer pour produire de la vapeur.

Ils auraient alors enflammé accidentellement un sel inflammable appelé « perchlorate. »

Dans l’étude, le scientifique explique être venu à une telle conclusion après avoir découvert des traces de chlorobenzène dans certains échantillons de sol en provenance de Mars. Ce composé est produit lorsque les molécules de carbone brûlent avec le sel inflammable.

Découverte de nouveaux échantillons

Les études de Chris McKay ont été publiées quelques semaines après que la NASA ait annoncé avoir fait des découvertes extrêmement intéressantes sur Mars. Il y a un mois, l’agence spatiale avait organisé une conférence de presse pour dévoiler que son rover Curiosity, envoyé sur la planète rouge en 2012, avait trouvé des preuves de la présence de matières organiques.

Selon les révélations faites par l’agence, Curiosity a détecté des traces de molécules organiques dans des roches sédimentaires martiennes âgées de plus de 3,5 millions d’années.

Les molécules en question sont des composés thiophéniques, aromatiques et aliphatiques qui datent également de cette période. Pour en savoir davantage, tous les détails ont été publiés en deux articles dans le journal Science.

Mots-clés marsNASA

Andy

Passionné de NTIC, sportif et à ce que l'on dit, un bon vivant !