Le LIGO aurait détecté une fusion de trous noirs

Grâce au laboratoire LIGO (Laser Interferometer Gravitational-Wave Observatory), les astronomes en savent de plus en plus sur les ondes gravitationnelles. Dernièrement, suite à des améliorations apportées à l’interféromètre laser, il a permis de détecter deux événements d’ondes gravitationnelles en deux semaines. Les chercheurs pensent que chacun des deux signaux provient d’une fusion de trous noirs.

La coordination des efforts entre trois installations entre LIGO et l’observatoire Virgo, en Italie, a permis la découverte des deux signaux. Le premier événement a été annoncé le 8 avril dernier.

Trou noir moléculaire

Crédits Pixabay

L’autre a été repéré deux semaines après la découverte du premier. Les deux instruments sont désormais prêts pour la troisième tournée d’observation baptisée O3.

L’équipe de LIGO a publié les résultats de leurs études dans Universe Today.

Une détection hebdomadaire ou même plus souvent

La toute première détection d’ondes gravitationnelles par LIGO avait été annoncée en février 2016. Depuis, plusieurs événements similaires ont été détectés. Afin de permettre une détection « hebdomadaire ou même plus souvent », l’instrument a été désactivé il y a plus d’un an pour une remise à niveau. L’interféromètre laser a été remis en marche le 1er avril dernier. Les améliorations auraient permis une augmentation d’environ 40% de sa sensibilité.

Jusqu’ici, les événements découverts résulteraient de trois facteurs : la fusion de trous noirs binaires, la fusion entre un trou noir et une étoile à neutrons, ou la fusion d’étoiles à neutrons binaires. Selon leur provenance, les ondes gravitationnelles émettent des signaux différents. Les scientifiques espèrent en savoir plus en étudiant les données recueillies et les prochaines découvertes.

Les événements sont automatiquement rendus publics

Pour que les scientifiques du monde entier puissent être informés des détections en temps réel, l’équipe de LIGO a conçu un système d’alerte automatique. « Il s’agit de la première observation LIGO à être rendue publique de façon automatisée », a déclaré Surabhi Sachdev, chercheur postdoctoral Eberly en physique à Penn State et membre de l’équipe LIGO.

« C’est la nouvelle politique LIGO qui commence avec ce cycle d’observation. Les événements sont automatiquement rendus publics. Après vérification par l’homme, une confirmation ou une rétraction est émise en quelques heures. »

« Nous avons détecté le premier signal environ 20 secondes après son arrivée sur Terre. Nous pouvons configurer des alertes automatiques pour recevoir des appels téléphoniques et des SMS lorsqu’un candidat important est identifié », a raconté Ryan Magee, étudiant diplômé en physique à Penn State et membre de l’équipe LIGO. « Je pensais que je recevais un appel téléphonique de spam au début ! »

Mots-clés astronomietrou noir