Le MacBook Pro 2016 pourrait finalement faire l’impasse sur la barre OLED

Apple devrait lancer un nouveau MacBook Pro avant la fin de l’année, du moins d’après les dernières rumeurs en date. Si l’on en croit ce qui se murmure à son sujet depuis plusieurs semaines maintenant, il devrait d’ailleurs mettre la barre assez haut et même se poser comme un produit extrêmement innovant. Nate Swanner ne pense pas que ce sera le cas. Pas autant qu’on le pensait, du moins.

Le MacBook Pro 2016 a commencé à faire parler de lui au début de l’année mais tout s’est accéléré au début de l’été. Les rumeurs se sont effectivement intensifiées à partir du mois de juin et certains s’attendaient même à ce que la machine soit présentée durant l’été.

Révolution MacBook Pro

Le MacBook Pro pourrait finalement être un peu moins révolutionnaire que le prévoyaient les dernières rumeurs en date.

Ce ne sera finalement pas le cas, pas d’après ce qui se murmure dans les milieux autorisés en tout cas.

Le MacBook Pro 2016 devrait sortir avant la fin de l’année

Apple aurait en effet choisi de décaler le lancement de l’ordinateur au second semestre de l’année, et plus précisément entre octobre et novembre prochain.

Il est évidemment très attendu par les croqueurs de pommes (pas seulement) et cela n’a rien de surprenant car il devrait mettre la barre assez haut. Aux dernières nouvelles, il était en effet question qu’il soit pourvu d’un châssis à la fois plus fin et plus léger, avec différents coloris au choix. Mieux, il devait en plus hériter des derniers processeurs Intel, le tout avec plein de mémoire vive, un modem 4G, un système de recharge sans fil, un écran 4K ou 5K suivant les modèles et… un écran OLED à la place des habituelles touches de fonction.

Nate Swammer, un journaliste travaillant depuis un moment pour TNW, pense cependant que la machine à rumeurs s’est un peu trop emballée.

Il aurait en effet eu l’occasion de s’entretenir avec un salarié de la marque au sujet du prochain MacBook Pro et ce dernier aurait littéralement éclaté de rire en entendant la rumeur touchant la fameuse barre OLED évoquée un peu plus haut.

D’après lui, le prochain ultra-portable devrait donc être un peu moins impressionnant que prévu et il ferait ainsi l’impasse sur cette barre mais également sur le lecteur Touch ID dont on entend parler depuis quelques temps. Un lecteur qui, de l’avis du journaliste, n’aurait strictement aucune utilité puisqu’il sera possible avec macOS Sierra de déverrouiller son ordinateur avec la Watch et de procéder à des paiements en ligne en s’appuyant sur le lecteur Touch ID… de l’iPhone.

Des fonctions qui perdraient tout leur intérêt si le MacBook Pro 2016 devait embarquer un lecteur d’empreintes digitales.

Apple en panne d’inspiration ?

Il pense donc que la machine sera simplement dotée d’un boitier plus fin, d’un écran mieux défini, d’un processeur plus puissant et d’un peu plus d’espace de stockage, le tout dans un châssis nettement moins encombrant que le modèle actuel.

S’il dit vrai, alors Apple risque tout de même de se retrouver dans une situation inconfortable. Le marché de l’informatique est extrêmement concurrentiel et il existe sur le marché des dizaines d’ordinateurs capables de rivaliser avec le MacBook Pro.

Des ordinateurs dotés eux aussi de finitions extrêmement soignées et de belles configurations.

Là, vous allez sans doute me dire que ces machines ne sont pas propulsées par OS X et vous avez tout à fait raison. Le problème, c’est qu’il s’agit du seul facteur de différenciation entre les MacBook Pro et les autres ordinateurs portables haut de gamme du marché.

Par extension, cela veut aussi dire que le succès de la marque repose entièrement sur son système d’exploitation. Pour l’heure, cela ne pose aucun problème mais il suffirait que ce dernier perde de son attrait pour que l’entreprise se retrouve dans une situation très difficile.

Cela vaut d’ailleurs aussi pour l’iPhone. En dehors de iOS, il n’y a effectivement plus de réelles différences entre le petit téléphone pommé et les autres smartphones du marché. L’iPhone 6s accuse même un retard (c’est subjectif) en matière de design et il suffit de regarder ce qui se fait du côté de Samsung, HTC, Honor ou même Xiaomi pour s’en convaincre.

Apple nous a habitué à beaucoup mieux et il faut avouer que la situation commence à devenir assez préoccupante, surtout à l’heure où les rumeurs évoquent un iPhone 6se calqué sur l’iPhone 6s et donc, par extension, sur l’iPhone 6. Ce même iPhone 6 qui a été présenté en 2014.