Le monstre du Loch Ness refait parler de lui

La célébrité du Loch Ness provient principalement de la légende selon laquelle le lac serait habité par un monstre. La masse d’eau douce est située dans les Highlands, en Écosse. Au fil des années, de nombreuses observations d’une étrange créature ressemblant à un serpent de mer ou à un plésiosaure ont été rapportées.

Toutefois, jusqu’ici, il n’y a encore aucune certitude scientifique sur l’existence ou la nature de l’animal.

Loch Ness

Crédits Pixabay

Récemment, Michael Yuen, un Hongkongais fan de la légende, prétend avoir vu le monstre lacustre. Il l’aurait aperçu via la webcam officielle depuis Hong Kong. Il aurait repéré l’animal sur l’Urquhart Bay, soit à environ 6 000 milles de sa position. L’observation aurait duré environ trois minutes.

D’après Michael Yuen, il aurait vu un grand objet sombre traversant la baie en ligne droite. La mystérieuse créature aurait laissé paraître de grosses ondulations dans l’eau en se déplaçant. Elle aurait ensuite disparu derrière un arbre.

Un taux constant d’observations depuis le début de l’année

« J’ai regardé la chaîne pour me soulager du stress accumulé lors des récentes manifestations politiques à grande échelle à Hong Kong », a raconté Michael Yuen. « J’ai le sentiment qu’au même endroit, la créature sera de nouveau capturée par quelqu’un d’autre dans les prochaines semaines. »

Il s’agit de la quatorzième observation de l’année. La treizième a eu lieu le 3 août, par un dénommé Sean T. Kent. Il rentrait des vacances avec sa famille lorsqu’il aurait remarqué un étrange objet noir dans l’eau.

Il existe un site sur lequel les fans témoignent et discutent des apparitions du monstre du Loch Ness. Gary Campbell, le tenant du registre de la page, a déclaré que « Michael est la première personne qui vient de Hong Kong » à avoir rapporté une observation du monstre. « Dans l’ensemble, je suis ravi du taux constant d’observations depuis le début de l’année et de la combinaison de rapports en ligne et physiques », a-t-il souligné.

Des analyses ADN pour résoudre l’énigme ?

Il existe de nombreuses hypothèses concernant la nature du présumé monstre. Neil Gemmell est un professeur de l’Université d’Otago (NZ).

Sa spécialité, c’est la génomique et la biologie de l’évolution. Au fond, il ne croit pas à la légende. Toutefois, dans le but d’en savoir plus sur l’écosystème du lac et de sensibiliser les néophytes sur la science, il a décidé de procéder à des analyses ADN.

Son équipe a prélevé des centaines d’échantillons provenant du lac, à des périodes et des profondeurs différentes, ainsi que du rivage. Les séquences ADN ont ensuite été comparées à celles des animaux déjà répertoriés. Les résultats des expériences ne sont pas encore complets. Toutefois, dans une déclaration, l’expert a annoncé que les résultats étaient assez surprenants. « Y a-t-il quelque chose de profondément mystérieux ? Hmm. Cela dépend de ce que vous croyez. Y a-t-il quelque chose d’étonnant ? Il y a quelques petites choses qui sont un peu surprenantes », a-t-il déclaré.

Neil Gemmell ne cherche pas particulièrement le monstre du Loch Ness. Néanmoins, cette approche pourrait ouvrir une voie menant à la résolution de l’énigme.

Mots-clés insoliteloch ness