Le mystère de la formation des fameuses aurores boréales en éventail finalement expliqué

Le ciel japonais est parfois le siège de phénomènes atmosphériques rares, des aurores boréales fugaces prenant la forme caractéristique d’un éventail aux couleurs rouges et blanches alternées. Imaginez l’ancien drapeau japonais avec un soleil rouge sur un fond blanc plié horizontalement et vous obtenez à peu près à quoi cela ressemble, seulement les couleurs sont inversées.

Des descriptions du phénomène ont été consignées dans des dessins datant du 16e siècle. Ajoutés à cela, des microfilms enregistrés dans les années 50 et des spectrographies contemporaines ont été étudiés par des scientifiques japonais en vue de connaître l’origine de ces aurores boréales particulières.

Crédits Pixabay

Selon le professeur Ryuho Kataoka de l’Institut des études polaires de Tokyo, le principal auteur de cette étude publiée dans le Journal of Space Weather and Space Climate, bien que ces phénomènes soient rares, ils sont capables de perturber les réseaux électriques. Les comprendre pourrait aider à atténuer le risque naturel qu’elles pourraient engendrer.

Une première aurore boréale en éventail décrite en 1770

La plus ancienne description de ce phénomène date d’il y a déjà longtemps, en 17770, sous la forme d’un dessin. Selon les informations consignées, le 17 septembre de cette année, un énorme orage magnétique a frappé le ciel de Kyoto.

Comme vous le savez peut-être, durant ces orages magnétiques, les particules fortement électrisées émises par le Soleil rencontrent la haute atmosphère de la Terre et perdent leur énergie en émettant des rayonnements.

Et ce sont les frictions entre les particules énergétiques venant de l’espace et la magnétosphère terrestre qui sont à l’origine de ce phénomène particulier.

Une apparence singulière en forme d’éventail

Les tons principaux de cette aurore boréale particulière sont le rouge et le blanc. Mais en étudiant les données spectrales ultérieures, les scientifiques ont trouvé que ce sont plutôt des lignes vertes que blanches qui apparaissent.

D’autre part, les études effectuées indiquent que la forme en éventail est à attribuer à une période de pointe d’un fort orage magnétique, comme c’étaient les cas en 1770, en 1872 et plus récemment en 1958. Ces phénomènes sont un des aspects visibles de l’état transitoire fortement perturbé de notre magnétosphère.

En se déplaçant d’est en ouest à 400 km d’altitude dans notre atmosphère à la vitesse de 0,4 km/h, les aurores boréales en éventail sont particulièrement visibles entre 38° et 40° de latitude. Il prend ainsi la forme d’une aube rouge rayonnée de bandes vertes, qu’on considérait à tort comme blanches sur les anciens dessins du phénomène.

Crédits Matsusaka City, Mie Prefecture / Research Organization of Information and Systems

Mots-clés terre