Le mystère des icebergs verts bientôt résolu ?

Au début de l’année 1900, des explorateurs et des marins avaient déclaré avoir vu des icebergs verts dans certains endroits de l’Antarctique. Normalement, ceux-ci devraient apparaitre en bleus ou blancs quand ils flottent. Après plus d’un siècle de recherches, le mystère semble être résolu. Un article ébranlant l’hypothèse anciennement proposée par des scientifiques a récemment été publié dans le « Journal of Geophysical Research ».

Stephen Warren, un glaciologue à l’Université de Washington, a commencé à mener des études dans la mer australienne, en 1988. Son analyse a démontré que le phénomène provenait de l’océan et non du glacier continental.

Iceberg

Crédits Pixabay

Il pourrait ainsi être lié aux impuretés et autres déchets organiques. Toutefois, quelle que soit leur couleur, les icebergs avaient la même teneur en matière organique.

« Quand nous l’avons escaladé, la plus extraordinaire n’était pas la couleur, mais plutôt la clarté. La glace n’avait pas de bulles. Il était évident que ce n’était pas une glace ordinaire », a déclaré Warren. Cet élément troublant a énormément suscité son intérêt.

Le résultat de constituants étrangers à l’eau de mer

Ce n’était qu’en 1996 que Stephen Warren et ses collègues ont constaté qu’ils se sont trompés. L’idée des microparticules revêtant une teinte jaunâtre était donc fausse. Ils pensent qu’avec la couleur bleue de l’océan, on obtient le vert. Dix ans plus tard, une océanographe de l’Université de Tasmanie a prélevé des carottes sur la plate-forme de glace d’Amery. Des données importantes ont été recueillies dans le sud de l’Antarctique oriental.

L’équipe a découvert une forte concentration d’oxydes de fer dans les profondeurs. En effet, les explorateurs d’autrefois affirmaient qu’ils pouvaient apercevoir la couleur verte quand les icebergs chaviraient.

Les scientifiques ont alors analysé la composition dans chaque iceberg de différentes couleurs. Ils ont conclu que ce composant est l’origine de leur changement.

Selon l’océanographe, ces particules proviennent de la terre. En avançant vers le continent, la glace de l’Antarctique agit comme un « rabot » sur le sol rocheux, produisant ainsi une fine poudre minérale. Leur mélange offre cette couleur étrange. La couleur verte de ces icebergs serait donc le résultat de « constituants étrangers » à l’eau de mer, en particulier l’oxyde de fer.

Un paysage agréable et utile pour l’environnement

Le plus intéressant est que ce joli paysage peut aider à préserver la vie marine. Les icebergs transportent le fer du continent dans les profondeurs de l’océan. Or, il s’agit d’un nutriment essentiel aux phytoplanctons, des organismes qui coordonnent l’écosystème marin.

« L’iceberg envoie le fer très loin dans l’océan, le fait fondre et le transmet au phytoplancton qui s’en sert pour se nourrir », a expliqué l’océanologue. « Les icebergs verts n’étaient qu’un paysage exotique, à présent ils révèlent leur importance », a-t-elle conclu. Toutefois, les chercheurs doivent encore déterminer les autres constituants et la véritable origine de ces oxydes de fer.

Mots-clés géologieinsolite