Le Pentagone surveille les médias sociaux pour prédire les manifestations anti-Trump

Des documents officiels, des recherches scientifiques et des dépôts de brevets attestent que le gouvernement américain veut utiliser la surveillance des médias sociaux pour prévenir les grandes manifestations antigouvernementales aux États-Unis.

L’armée américaine a financé des recherches et des études pour établir un lien entre les activités sur les réseaux sociaux et les insurrections ou rébellions nationales.

Pentagone

Le Pentagone a financé une étude sur la manière dont la surveillance par les médias sociaux permettrait de prévoir les comportements de population à grande échelle. Cette recherche, co-écrite par un chercheur basé à West Point Military Academy, fait partie d’un projet de l’Administration Trump visant à renforcer le rôle et l’influence de l’armée sur le renseignement intérieur.

Le Pentagone veut avoir des informations sur les événements qui ont lieu à l’étranger, mais surtout, le département veut aussi pouvoir contrôler ce qui se passe au sein même du territoire américain.

Des manifestations normalement prévisibles

Une étude soutenue par l’armée américaine est parue en août 2018 dans le cadre de la série de livres de Springer-Nature intitulée « Les progrès des systèmes intelligents et de l’informatique. » Cette recherche a été rédigée par des chercheurs du Rensselaer Polytechnic Institute (RPI) de New York. Elle a été présentée à la conférence Big Bata qui s’est tenue à Kiev, en Ukraine, en juin 2018.

Le document s’intitule « La structure des réseaux sociaux en tant que prédicteur du comportement social : le cas des manifestations lors de l’élection présidentielle américaine de 2016. » Il révèle que les manifestations ayant suivi les élections américaines auraient pu être prévues en analysant les publications des millions de citoyens américains sur Twitter dans la période ayant précédé les élections.

2,5 millions de tweets ont été détectés par l’outil Apollo

Un extrait de l’étude déclare que « Les troubles civils sont associés à des cascades d’informations ou à une explosion d’activité dans les médias sociaux et ces phénomènes peuvent être utilisés pour prédire des manifestations ou du moins des pics d’activités de protestation. »

Cette analyse a été basée sur des ensembles de données récoltées grâce à l’outil Apollo Social Sensing.

C’est un logiciel de suivi des événements en temps réel développé par le laboratoire de recherche de l’armée américaine et l’Agence de défense américaine pour la réduction des menaces en partenariat avec Caterva, IBM, l’université de l’IIlinois et le Rensselaer Polytechnic Institute sous l’administration Obama en 2011.

Toutefois, c’est sous l’administration Trump que l’outil Apollo a été utilisé par l’armée US en 2018 pour collecter les tweets envoyés entre le 26 octobre et le 20 décembre 2016 comprenant les mots « élection, » « Clinton » et « Trump ». L’outil a découvert 2,5 millions de tweets avec ces mentions.