Clicky

Le plus vieux vin du monde aurait 8000 ans

Récemment, une équipe de chercheurs a mis à jour deux sites de vinification qui datent de la période néolithique. Les localisations des deux endroits correspondent à deux villages de l’âge de pierre appelés Gadachrili Gora et Shulaveris Gora. À cinquante kilomètres au sud de Thibilissi (la capitale géorgienne), des bocaux en terre cuite ont été trouvés. D’après les experts, ces contenants seraient datés de plus de huit mille ans.

Sous la tutelle du Musée national de Géorgie, les travaux ont été effectués par des archéologues du Gadachrili Gora Regional Archaeological Project Expedition (Grape). Les détails sur l’information ont été publiés dans les colonnes de la revue Proceedings de l’Académie nationale des sciences (PNAS).

Vin 8000 ans

Cette découverte déclasse le vin iranien qui aurait à peu près cinq mille ans.

Un plaisir millénaire

Les archéologues ont collaboré étroitement avec des chercheurs canadiens de Toronto. Ensemble, ils ont effectué les premières études des poteries en céramique extraites du sol. Ces vestiges comportaient des parties de jarre. Ensuite, des chimistes américains de l’Université de Pennsylvanie ont pris le relais en examinant les morceaux. Ils ont pu mettre en évidence des résidus viticoles.

Des représentations étaient gravées sur certains bocaux des deux sites néolithiques. Il s’agit notamment d’images évoquant des grappes de raisins, un homme qui danse, etc. Il faut croire qu’à cette période de l’histoire, l’homme connaissait déjà les plaisirs liés au vin.

D’ailleurs, l’époque néolithique a été marquée par la sédentarisation progressive de l’homme. Sans doute, c’était également celle où les hommes avaient commencé à préparer le vin.

Une refonte de l’histoire du vin

La présence d’acide tartrique sur les morceaux de céramique constitue un indice élémentaire certifiant la vinification du raisin. Les restes des huit poteries découvertes en Géorgie présentaient une quantité conséquente de cette signature chimique.

Il est de coutume, en archéologie, de considérer les datations à titre provisoire. Le fait est que de nouvelles découvertes peuvent toujours surgir. Dès lors, les connaissances établies devront être reconsidérées. L’histoire peut ainsi être réécrite.

La dernière fois, c’était dans les hauteurs de Zagros, en Iran, que les chercheurs ont trouvé des preuves de vinifications vieilles de cinq mille ans. Désormais, la Géorgie sera connue comme le berceau des premières activités vinicoles.

Share this post