Clicky

Le premier radar piéton de France est entré en service

Ce mercredi, le premier radar piéton a été mis en service à La Grande-Motte, dans l’Hérault. Ce nouveau type d’appareil détecte si les véhicules cèdent le passage, ou non, aux piétons voulant traverser la route.

Lorsque l’on entend « radar piéton », l’on pourrait penser qu’il s’agit ici de sanctionner les piétons traversant n’importe où. Il n’en est rien, et le radar est là pour sanctionner les conducteurs qui ne s’arrêtent pas lorsqu’une personne va traverser sur un passage piéton.

L’appareil, fabriqué par l’Agence Française de Sécurisation des Réseaux Routiers (AFS2R), permettra, grâce à des détecteurs de mouvements, de savoir si un piéton va traverser la route. En parallèle, il contrôle si les véhicules arrivants marquent bien l’arrêt. Les caméras s’activent automatiquement.

4 points retirés et 135 € d’amende

La vidéo est ensuite traitée par la Police Municipale, qui détermine s’il y a infraction ou non. Celle-ci est sanctionnée par un retrait de quatre points sur le permis de conduire et d’une amende de 135 €. Pour l’instant, les contraventions ne sont pas prévues, sauf en cas de flagrant délit.

Ce radar est ainsi le premier de ce type à être mis en service sur le territoire français. L’expérimentation devait à la base se faire à Calais, puis à Lyon. C’est au final à La Grande-Motte que celle-ci s’effectue, pour une durée de trois mois.

Il a pour objectif de « sensibiliser les automobilistes aux règles de partage du domaine public » et de « redonner la priorité aux piétons, population la plus à risque dans l’espace urbain ». Il permettra d’assister les autorités publiques et pourra apporter des preuves indiscutables lors d’éventuels litiges.

Une première, avant une expérimentation à grande échelle

L’expérimentation permettra de jauger la fiabilité du système. Heureusement, une surveillance humaine est toujours présente en second plan, pour éventuellement faire face aux plaisantins qui pourraient faire exprès de traverser sans cesse. Dans ces cas-là, la vidéo pourra se retourner contre lui.

Le dispositif sera sans aucun doute étendu de manière très rapide sur tout le territoire français. Il permettra de réduire le nombre d’incidents toujours très fréquents aux passages piétons, et surtout aux passages des chauffards.

Tout cela grâce à une sensibilisation nécessaire, voire à la « peur de la répression » diront certains. Côté piétons, ce système les incitera, peut-être, à ne plus traverser n’importe où.

Mots-clés automobilecivisme

JB

Infirmier | Passionné par les nouvelles technologies et la photo