Le producteur de Yakuza souhaite que le jeu propose les langues européennes

Yakuza est l’une des plus longues séries vidéoludiques, avec de nombreux épisodes et une grande communauté de fans. Seulement voilà : la franchise n’est disponible qu’en Japonais sous-titré en Anglais, et tout le monde ne maîtrise pas à la perfection la langue de Shakespeare – ou en tout cas suffisamment pour comprendre l’intégralité d’un titre. Cette barrière, le producteur de Yakuza, Daisuke Sato, en a totalement conscience. C’est lors d’une interview pour IGDB que l’homme a fait part de son souhait de pouvoir proposer plusieurs langues européennes. Une plutôt bonne nouvelle pour la France.

Et pour cause : la langue francophone est largement répandue tandis que Yakuza connaît un gros succès en France. Sans oublier l’amour des Français pour la culture japonaise.

Autant dire qu’en proposant des langues européennes, la licence Yakuza pourrait s’offrir de nouvelles terres.

Et si Yakuza était plus largement diffusé dans le monde ?

C’est en tout cas le souhait de Daisuke Sato, producteur de la franchise. Bien évidemment, cela ne veut pas dire que SEGA acceptera, mais le poids de l’homme est suffisant pour permettre à la firme nippone d’y réfléchir sérieusement. C’est lors d’une interview pour IGDB, à propos de la sortie de Judgment, que le producteur a expliqué son souhait.

Nous désirons évidemment que davantage de joueurs occidentaux aient accès à Yakuza. Mais pour qu’une telle chose soit possible, nous devons bien sûr localiser l’histoire, non seulement en anglais, mais aussi en français, italien, allemand et espagnol. Une telle entreprise concerne aussi les voix. Se contenter de proposer les jeux avec des voix japonaises, mais un texte traduit n’est pas suffisant. Nous aurions besoin de mettre en place des doublages dans différentes langues pour atteindre le plus de joueurs possible.

Daisuke Sato veut donc aller plus loin que proposer uniquement des sous-tires mais faire appel à des acteurs et actrices pour doubler. Avec la qualité du milieu vidéoludique, nul doute qu’une telle opération permettrait à Yakuza de s’exporter beaucoup mieux en Occident. Sur le Vieux Continent, Yakuza s’écoule déjà très bien et possède sa fanbase, renforcée par Internet. Daisuke Sato semble avoir compris l’importance du marché européen pour telle licence.