Le Royaume-Uni veut modifier ses règles sur la concurrence pour mieux contrôler les Big Tech

Le Royaume-Uni prévoit de rendre la vie dure aux GAFA. En effet, une étude gouvernementale parue le mercredi 13 mars 2019 a révélé que le gouvernement britannique allait réformer ses règles de concurrence et ainsi, s’attaquer à la domination des géants technologiques. Les entreprises principalement visées par cette mesure ? Facebook, Google et Amazon.

En effet, une revue indépendante a déclaré que le Royaume-Uni allait instaurer une nouvelle unité de contrôle de la concurrence.

facebook-wifi

Crédits Pixabay

En marge de cette décision, le gouvernement britannique prône aussi l’innovation en ce sens que les entreprises technologiques devront permettre aux utilisateurs de contrôler leurs données et, ainsi, de passer facilement d’un service à un autre ou d’une plateforme à une autre.

De plus, les petites entreprises devraient également avoir accès aux données collectées par les plateformes de réseaux sociaux sur les utilisateurs.

La puissance des Big Tech est vue d’un mauvais œil par plusieurs pays

Jason Furman, professeur à Harvard et celui qui préside la revue du gouvernement britannique, explique que bien que l’évolution du secteur numérique ait apporté de nombreux bénéfices, ces derniers ont été contrebalancés par la domination des Big Tech.

D’ailleurs, ce n’est pas la première fois que les grandes entreprises de technologie reçoivent les critiques d’un pays. Déjà, la France, l’Espagne, l’Italie et la Grande-Bretagne ont mis en place de nouvelles taxes numériques afin que les géants technologiques ne puissent plus se soustraire de payer les impôts.

TechUK met en garde contre l’impact négatif que ces nouvelles règlementations pourraient avoir sur le Royaume-Uni

Par ailleurs, de nombreux politiciens américains et européens ont également fustigé les Big Tech pour leur politique de contrôle et de gestion des données des utilisateurs. En particulier, Facebook a été critiqué ces dernières années pour des problèmes relatifs à la perte des données.

Quant à Google, sa manière de classer les résultats de recherche a été fortement critiquée.

Selon Jason Furman, les nouvelles règles que le Royaume-Uni compte imposer « vont générer un coup de fouet (…) et l’innovation offrira aux consommateurs plus de choix et de protection ».

Malgré tout, ces mesures de contrôle et de restriction des Big Tech ne sont pas accueillies par entrain par toutes les parties prenantes. TechUK, par exemple, qui représente plus de 900 entreprises technologiques, estime qu’il est mieux de procéder à une évaluation complète des risques et avantages entraînés par ces nouvelles règles de concurrence. Son PDG, Julian David, craint effectivement que si le Royaume-Uni impose de nouvelles règles trop strictes pourraient faire fuir les entreprises numériques du monde entier.