Le sarcophage de granit noir abriterait de mystérieuses inscriptions

L’Égypte a fait la une des médias le mois dernier suite à la découverte d’un sarcophage de granit noir enfoui dans un quartier d’Alexandrie. La relique a été ouverte par les archéologues et si ces derniers ont découvert trois corps baignant dans un liquide marron, ils auraient aussi repéré plusieurs inscriptions en or.

Le sarcophage a été découvert dans la province d’Alexandrie le mois dernier. En menant des fouilles poussées sur un terrain privé situé dans le quartier de Sidi Gaber, les archéologues missionnés par les autorités ont mis au jour une tombe inconnue située à environ cinq mètres de profondeur.

Sarcophage

Deux semaines plus tard, les chercheurs ont procédé à son ouverture.

Un sarcophage qui n’est pas passé inaperçu

Ils ont alors eu la surprise de découvrir pas moins de trois dépouilles à l’intérieur, des dépouilles en très mauvais état. Suite à un éclat au niveau du capot supérieur du sarcophage, de l’eau des égouts a en effet réussi à s’infiltrer à l’intérieur, accélérant par la même occasion le processus de décomposition de ses locataires.

En dépit de ce revers, les archéologues ont tout de même pu déterminer l’âge et le sexe des trois momies. L’une d’elles était ainsi une femme âgée entre 20 et 25 ans au moment de sa mort et les deux autres étaient des hommes âgés de 35 à 39 ans et de 40 à 44 ans.

Plus intéressant, les chercheurs ont déterminé que ces trois personnes vivaient à l’époque ptolémaïque de l’Égypte ancienne. En outre, l’une des momies masculines présentait un trou de dix-sept millimètres de diamètre au niveau du crâne. Un trou qui serait selon les chercheurs la résultante d’une trépanation survenue de son vivant.

L’EMA (Ministère égyptien des Antiquités) a déclaré à plusieurs reprises que le sarcophage ne contenait aucune inscription. Toutefois, son bureau a fait marche arrière le 19 août en confirmant l’existence de trois feuilles d’or recouverte de motifs, des feuilles d’or qui n’ont pas été encore déchiffrées.

Des inscriptions qui n’ont pas encore été déchiffrées

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, la présence de ces feuilles d’or dans le tombeau ne signifie pas que les occupants du sarcophage faisaient partie de la haute bourgeoisie.

En réalité, selon une source de Live Science, ces dernières feraient référence aux classements militaires et il est donc possible (à prendre au conditionnel) que les occupants du sarcophage soient en réalité des soldats ou même des officiers militaires.

En outre, si le Ministère égyptien des Antiquités aurait pris contact avec plusieurs historiens et archéologues afin de déchiffrer ces feuilles d’or.

L’EMA n’a cependant pas confirmé l’information. A ce stade, la prudence est de mise et il faudra sans doute plusieurs semaines ou plusieurs mois avant que toute la lumière ne soit faite sur la relique.

Mots-clés archéologieégypte