Clicky

Le sens du toucher retrouvé grâce à cette main bionique

La médecine avance chaque jour, petit à petit. La technologie apporte tout son savoir-faire et participe aux découvertes et aux inventions toujours plus incroyables.

C’est une nouvelle fois le cas grâce à une nouvelle prothèse issue du projet LifeHand 2, qui permet aux personnes amputées de retrouver le sens du toucher.

Une prouesse technologique qui laisse entrevoir les capacités et la démocratisation possibles à l’avenir.

La recherche avance !

Pouvoir équiper à la perfection une personne amputée d’une « nouvelle » main est déjà grandiose. Il sera bientôt possible d’aller encore plus loin, en leur permettant de retrouver carrément la sensibilité. En effet, plusieurs équipes travaillent sur cette nécessité depuis 2014.

Au toucher, faire la différence entre une balle de tennis et une orange est très facile. Cependant pour une personne amputée, c’est autre chose. Et pourtant, cette prouesse a été réalisée par Dennis Aabo Sorensen, un danois de 36 ans ayant été le premier à essayer en 2014 une main bionique créée par l’École polytechnique fédérale de Lausanne et la Scuola Superiore Sant’Anna de Pise.

Le patient n’avait pas ressenti ces sensations-là au niveau de son bras gauche depuis neuf ans. Sans compter les douleurs de type « membre fantôme » qui ont du perdurer au fil du temps. Le prototype offre en effet un retour sensoriel tactile, permettant de retrouver toutes les subtilités du toucher.

La préhension et le toucher récupérés

De nombreux concepts permettent déjà de saisir un objet avec plusieurs niveaux de force suivant sa nature, mais la prothèse LifeHand 2 marque une nouvelle avancée en permettant de récupérer toutes les fonctions de la main, si ce n’est pour l’aspect esthétique, mais des avancées permettront sans aucun doute d’y remédier.

Concernant la technologie intégrée, des capteurs placés au niveau des doigts émettent des signaux électriques lors de l’utilisation d’un objet. Ils sont ensuite interprétés par des algorithmes pour reproduire l’impulsion nerveuse adéquate. Celles-ci sont ensuite transmises par la prothèse à quatre électrodes greffées sur les nerfs périphériques du moignon de la personne.

Les tests effectués par Dennis Aabo Sorensen avaient porté leurs fruits puisqu’avec les yeux bandés, ce dernier avait pu toucher différents objets et surtout les différencier ! Il différenciait ainsi parfaitement un morceau de bois, un verre en plastique ou bien un paquet de coton.

Pour l’heure, les chercheurs visent à minimiser le dispositif pour en assurer la démocratisation à travers toutes les régions du monde. En 2015 déjà, un projet avait le même but, et proposait une main mécanique pilotée par les ondes cérébrales pour rétablir le sens du toucher. Cependant, sans information à son sujet, il semble que le concept LifeHand 2 avance de manière plus rapide et plus sûre.

Mots-clés bioniquesanté

Share this post

JB

Infirmier | Passionné par les nouvelles technologies et la photo

  • Clément DUFFAU

    Et cocorico, le logiciel et l’électronique ont été développé conjointement par le LIRMM et l’entreprise AXONIC où je suis ingénieur R&D. Dennis n’a pas été le seul patient durant cette étude mais il a été le premier et surtout la seule qui est pour l’instant terminée et publiée.

    • Merci de la précision et bravo pour le boulot :)