Le SETI a développé des drones pour explorer les profondeurs de Mars

Le SETI, aidé de l’entreprise Astrobotic Technology, a développé des drones autonomes capables d’explorer les innombrables grottes et tunnels courant sous la surface de Mars. Les premiers tests se sont bien déroulés.

Mars, tout comme la Lune, possède de nombreuses grottes sous sa surface, des grottes le plus souvent connectées les unes aux autres par un impénétrable réseau de tunnels.

Mars

Connus de longue date, ces derniers ont fait l’objet de nombreuses études durant cette dernière décennie.

Mars et son réseau de grottes souterraines

D’après les chercheurs, ces espaces ouverts seraient en réalité des tunnels de lave et ils se seraient donc formés dans les jeunes années de la planète, lorsque cette dernière subissait une activité volcanique importante.

En effet, lorsque la lave se refroidit, elle se solidifie. Toutefois, seule la partie supérieure des coulées subit ce changement d’état.

La roche en fusion située en dessous continue quant à elle de s’écouler et la partie supérieure finit par retomber, créant par la même occasion des espaces vides au-dessus d’elle. Des espaces vides qui finissent par former des tunnels ou des grottes.

Il existe donc sous la surface martienne un vaste réseau de grottes et de galeries courant sur plusieurs centaines de kilomètres. Un réseau dont nous ne savons finalement pas grand-chose.

Le SETI pense que des drones autonomes seraient tout à fait en mesure de dresser une carte de ce réseau sous-terrain. L’organisation s’est donc rapprochée de l’entreprise Astrobotic Technology afin de développer un prototype de drone capable de se déplacer sans GPS et sans cartes.

Un drone pour explorer les profondeurs de Mars

Pour le tester, le SETI et son partenaire ont choisi d’effectuer un essai à Lofthellir, un gigantesque réseau de grottes et de tunnels situés en Islande. S’ils ont fait ce choix, ce n’est d’ailleurs pas pour rien puisque ce pays est connu pour son intense activité volcanique.

Une activité qui a donné naissance à un réseau souterrain d’une complexité proche de celle du réseau martien.

Comme l’annonce le communiqué de presse publié par le SETI, l’expérience a été un véritable succès. Le drone, équipé d’un LiDAR, a réussi à dresser une carte en trois dimensions de l’intérieur d’un tube de lave.

Il s’agit d’une véritable victoire, bien sûr, mais il reste encore un long chemin à parcourir avant de pouvoir obtenir une carte détaillée des réseaux de tunnels martiens… ou lunaires. Car notre satellite aussi est connu pour abriter un vaste ensemble de grottes et de tunnels souterrains.

Un premier succès… en Islande

Si le SETI travaille sur ce projet, ce n’est pas tout à fait pour rien. Mars est en effet très exposé aux radiations en raison de son atmosphère ténue et les premiers colons martiens devront donc trouver un moyen de s’abriter, soit en concevoir des bâtiments offrant une isolation suffisante, soit en s’enterrant… sous la surface de la planète. Dans ce contexte, le réseau sous terrain martien pourrait être une bonne position de repli.

Sans compter que les profondeurs de Mars peuvent aussi abriter potentiellement une forme de vie.

Mots-clés marsseti