Clicky

Le Signal Wow ou quand l’humanité a cru avoir découvert la preuve de l’existence des extraterrestres

En 1977, un son d’origine extraterrestre a été entendu par des oreilles humaines pour la première fois – ou du moins c’est ce que les gens pensaient. Le « signal Wow! » a été détecté par l’astronome Jerry Ehman à l’aide du radiotélescope Big Ear de l’université d’État de l’Ohio.

C’est un détecteur de signal radio qui, à l’époque, était pointé sur un groupe d’étoiles appelé Chi Sagittarii dans la constellation du Sagittaire.

WOW Signal

La découverte du signal Wow!

Le « signal Wow! » est apparu dans la nuit du 15 août 1977, date à laquelle il a été capté par le radiotélescope Big Ear. Le signal a duré 72 secondes. Il était « fort » – plus intense que n’importe quoi dans le ciel de fond ce soir-là. Le signal était si fort que l’astronome Jerry Ehman, qui l’a repéré pour la première fois, l’a encerclé avec un stylo rouge et a écrit « Wow! » dans la marge. Le « signal Wow! », comme il allait être appelé par la suite, est devenu la meilleure preuve jamais obtenue de l’existence de vie extraterrestre.

Le son mystérieux était aussi un signal à bande étroite; la gamme de fréquences couverte était petite, semblable à celle des signaux artificiels. En outre, le signal était à une fréquence d’environ 1 420 mégahertz (MHz), également appelée raie à 21 cm. C’est la même fréquence que les ondes radio émises par l’hydrogène neutre dans l’espace. C’est une région relativement exempte de bruit provenant d’autres objets, et les chercheurs impliqués dans la recherche d’intelligence extraterrestre s’y intéressent depuis longtemps, car la fréquence pourrait être utilisée pour des transmissions interstellaires.

L’hypothèse cométaire d’Antonio Paris

Antonio Paris – un professeur adjoint d’astronomie à St. Petersburg College, en Floride et ex-analyste du Département de la Défense des États-Unis – pense que le célèbre signal Wow! de 1977 a probablement été généré par une comète. Paris et son équipe ont appris que deux comètes, 266P/Christensen et P/2008 Y2 (Gibbs), traversaient la partie du ciel que l’Observatoire Big Ear Radio étudiait en 1977, lorsque le signal Wow! a été détecté. Ces astronomes croient que le signal provenait d’un nuage d’hydrogène accompagnant l’une ou l’autre comète. Cette idée expliquerait pourquoi le signal Wow! n’a pas été détecté à nouveau : la comète qui l’a provoqué s’est déplacée dans son orbite.

Paris et son équipe ont récemment profité d’une occasion pour explorer à nouveau la région du ciel autour du Sagittaire en utilisant un radiotélescope de 10 mètres, lorsque la Comète 266P/Christensen a de nouveau traversé cette région. Ils ont déterminé que le signal de 266P/Christensen (et trois autres comètes) correspondait au signal Wow!.

Paris admet toutefois qu’il n’est pas certain que le signal ait été généré par la Comète 266P/Christensen. Cependant, son équipe conclut que l’étrange signal de 1977 était un phénomène naturel généré par une comète.

De nombreux sceptiques

Plusieurs astronomes, dont Ehman lui-même, pensent que Paris a tort à propos de la comète. Ehman a analysé l’étude de Paris avec Robert Dixon, qui dirige l’observatoire radio de l’université d’État de l’Ohio (Big Ear ayant été détruit en 1997). Les deux gros problèmes qu’ils soulèvent sont que le signal ne s’est pas répété, et il est apparu pendant trop peu de temps.

Une comète ne produirait pas ce genre de signal selon eux, car les gaz qui l’entourent couvrent des zones larges et diffuses. La comète n’aurait pas non plus échappé au champ de vision du radiotélescope. Mais Ehman n’est pas convaincu non plus que ce sont des extraterrestres qui sont à l’origine du signal. Il existe en effet de nombreux phénomènes qui peuvent provoquer des apparitions et des disparitions soudaines de signaux radio, y compris les sursauts radio rapides (fast radio burst, FRB).

L’autre problème est la fréquence de transmission. Paris dit qu’il a montré que les comètes peuvent émettre dans cette fréquence, mais Seth Shostak, un astronome senior à l’Institut SETI, est sceptique. Shostak avait l’habitude d’étudier les émissions de l’hydrogène neutre dans la fréquence 1 420 MHz, et il est moins certain que l’émission serait détectable. Selon lui, les comètes pourraient ne pas générer suffisamment d’hydrogène pour produire un signal bien audible comme Wow!.

Crédits Image

Mots-clés astronomiehistoire