Le Soleil pour faire du streaming vidéo intergalactique ?

Le Soleil pourrait nous aider à mieux communiquer avec les sondes et les vaisseaux distants, ou même avec de lointaines colonies. Michael Hippke pense en effet qu’il sera bientôt possible d’utiliser notre étoile pour amplifier les signaux émis ou reçus par la Terre. Du coup, les futurs colons n’auront peut-être pas besoin d’annuler leur abonnement Netflix avant de partir.

Passionné d’astronomie et d’astrophysique, Michael Hippke est un chercheur indépendant et il ne travaille ainsi pas pour une université ou un institut de recherche.

Soleil

Cela ne l’empêche pas d’être extrêmement prolifique et il signe ainsi de nombreux articles scientifiques chaque année.

Les lentilles gravitationnelles pour augmenter la portée de nos instruments ?

Il se passionne pour des sujets extrêmement variés liés allant des photos aux exoplanètes en passant par la photométrie ou même les systèmes distants.

Michael Hippke s’intéresse aussi aux télécommunications et il pense ainsi avoir trouvé un moyen fiable et efficace d’échanger des données avec des sondes et des vaisseaux distants. D’après lui, il suffirait en effet de s’appuyer sur l’effet de lentille gravitationnelle pour améliorer les échanges distants.

Les corps présents dans l’espace ne sont pas suspendus dans le vide comme par magie. Ils possèdent en effet tous leur propre masse et ils impriment ainsi un champ gravitationnel sur leur environnement proche. L’intensité de ce champ dépend essentiellement de la masse de l’objet. Plus elle est élevée, et plus l’intensité de ce champ est importante.

Einstein pensait que ce champ gravitationnel était capable de tordre le tissu de l’espace-temps, mais également de dévier les rayons lumineux passant à travers lui. Lorsque cela arrivait, alors le champ pouvait produire ce qu’il appelait un mirage gravitationnel… ou une lentille gravitationnelle.

Bien sûr, à l’époque, il n’a pas été en mesure de vérifier sa théorie, faute d’instruments suffisamment sensibles pour le faire. Depuis, les choses ont cependant bien changé et plusieurs lentilles gravitationnelles ont ainsi pu être observées grâce au télescope spatial Hubble.

Michael Hippke s’intéresse depuis longtemps à la théorie sur la relativité générale et aux lentilles gravitationnelles et il a développé une théorie très intéressante à leur sujet. Il pense en effet que ces fameuses lentilles pourraient être utilisées comme des loupes pour amplifier les signaux émis ou reçus par la Terre.

Difficile, mais pas impossible selon la NASA

Construire des sondes et les envoyer aux confins du système solaire n’est pas chose aisée, mais la véritable difficulté est de pouvoir communiquer avec elles lorsqu’elles s’éloignent de notre position. Pour pouvoir maintenir les communications avec un appareil situé à Alpha Centauri – le système le plus proche du nôtre – les scientifiques auraient ainsi besoin d’un télescope de la taille de New York City. Le plus ironique, c’est que nous ne pourrions alors partager qu’une quantité infime d’information avec lui.

Michael Hippke pense cependant avoir trouvé une alternative. D’après lui, il suffirait en effet de s’appuyer sur la lentille gravitationnelle générée par l’étoile de notre système pour augmenter considérablement la portée de nos émetteurs, mais également le volume des données transmises.

D’après ses calculs, il suffirait ainsi de placer un télescope d’un mètre de largeur à environ 90 milliards de kilomètres du Soleil pour pouvoir relayer des signaux avec une efficacité maximale… et même des médias comme des vidéos ou des pistes sonores.

Slava Turyshev, un chercheur du Jet Propulsion Laboratory, pense que l’idée de l’astrophysicien est difficile à mettre en oeuvre… mais pas impossible.