L’e-Sport sera au programme lors des J.O de Pékin

Après maintes négociations auprès du Comité olympique d’Asie (COA), il semblerait que l’e-Sport ait enfin eu gain de cause. Cette discipline sportive un peu particulière devrait en effet être au rendez-vous pour les prochains Jeux Olympiques qui se tiendront en 2022 à Pékin. Il était temps, quand on sait que les compétitions sportives de jeux vidéo sont aujourd’hui reconnues comme étant un sport professionnel à part entière.

Grâce au soutien financier d’Alibaba et de sa filiale sportive Alisport, les gamers professionnels auront ainsi la possibilité de concourir et remporter une médaille. La bonne nouvelle a officiellement été annoncée par le COA lui-même, le 17 avril dernier. Pour l’instant, aucune précision n’a encore été donnée concernant les épreuves et le mode de sélection.

Esport JO

En attendant, rendez-vous aux Asian Games de Jakarta en 2018 qui, pour la première fois, vont accueillir des tournois d’e-Sport.

L’e-Sport représente un marché de plus de 460 millions d’euros

Au fil des années, la popularité de l’e-Sport n’a cessé de croitre. En 2016, la discipline a rassemblé une audience très importante de plus de 300 millions de personnes, lui permettant ainsi de générer près de 460 millions d’euros. Ce chiffre, déjà conséquent, devrait atteindre le milliard d’euros d’ici deux ans. À noter que près de 22 % des revenus des sports électroniques proviennent de la Chine et la Corée du Sud.

L’e-Sport représente un marché juteux qu’Alibaba, géant du e-commerce a décidé de soutenir à travers sa filiale sportive Alisport. Pour preuve, l’investissement du groupe dans la Fédération internationale des sports électroniques avait atteint les 135 millions d’euros en 2016.

En janvier dernier, un contrat a également été signé par la marque. Cette dernière intègre les principaux sponsors des J.O d’été et d’hiver durant les onze prochaines années.

L’e-Sport gagne également du terrain en France

En France, l’e-Sport n’est pas encore reconnu comme un sport à part entière. Une association, France e-sports, a cependant été mise en place par la secrétaire d’État au numérique afin de mieux organiser le secteur. Cela fait également quinze ans que l’Hexagone organise l’ESWC, trois fois par an.

Des centaines de gamers du monde entier s’y donnent rendez-vous pour s’affronter sur League of Legends, Just Dance ou encore Clash Royale.

Selon France e-sports, le pays compte une cinquantaine de joueurs professionnels qui se consacrent exclusivement aux jeux vidéo. L’association dénombre également cinq à sept-millions de joueurs amateurs à avoir déjà participé à des compétitions. Elle annonce préparer un livre blanc pour mieux cerner l’étendue et le potentiel de ce secteur d’activité en France.

Mots-clés esportinsolite