Le squelette d’un bébé Tyrannosaure mis en vente pour environ 3 millions de dollars sur eBay

Alan Detrich est un chasseur et sculpteur de fossiles originaire du Kansas. Le 26 février 2019, il a mis en vente sur eBay le squelette d’un bébé Tyrannosaurus Rex. Detrich s’est approprié les restes de l’animal suite aux découvertes de son frère Bob sur ses terrains privés en 2013. Les terrains en question se trouvent dans la ville de Jordan, à l’est du Montana.

Avant d’être mis en vente, le bébé T rex a d’abord été exposé au Musée d’histoire naturelle de l’université du Kansas en l’honneur de Larry Martin qui a été le mentor de Detrich.

Tyrannosaure

Crédits Pixabay

Le squelette y a fait l’objet de plusieurs études afin de déterminer son identité. On l’a d’abord appelé « Baby Bob » puis « Son of Samson » durant son exposition au musée.

La mise en vente du fossile du bébé T rex n’a pas plu à la communauté paléontologique et suscite le mécontentement des chercheurs qui veulent étudier les spécimens juvéniles.

Pourquoi les chercheurs sont contre la mise en vente du bébé Tyrannosaure ?

Quand un spécimen est donné à un musée, les scientifiques désirant l’étudier peuvent continuellement faire des recherches sur lui. Le confier ou le prêter à une institution pour une durée déterminée ou encore le vendre à un particulier ne leur permettrait donc pas d’effectuer leurs études convenablement. L’accès au spécimen sera alors défini par le propriétaire, ce qui ne conviendra forcément pas à tout le monde.

Le directeur du Musée d’histoire naturelle de l’université du Kansas, Leonard Krishtalka a déclaré que le musée interdit la vente de spécimens à des particuliers. Il a toutefois noté qu’ils ont déjà demandé à Detrich de ne pas les impliquer dans l’annonce de la vente du bébé T rex.

Les avis des chercheurs sur le sujet

En paléontologie, il est souvent nécessaire de vérifier et réévaluer les conclusions tirées auparavant sur tel ou tel spécimen. Pour Robert Boessenecker, chercheur au sein du Département de géologie et géosciences de l’environnement au Collège de Charleston, il n’étudiera jamais de fossile de T rex même si les propriétaires décidaient de lui en confier.

Selon Boessenecker, les spécimens confiés au musée pour une longue durée doivent appartenir au musée puisque c’est un centre de recherche. D’après lui, la plupart des musées ne disposent pas des fonds nécessaires pour acheter des fossiles et préfèrent, par conséquent, investir dans les recherches sur le terrain qui sont beaucoup moins coûteuses.

Pour le cas du bébé T rex, même si Detrich juge que ce dernier résoudrait peut être le mystère du Nanotyrannus, Boessenecker n’est pas du même avis puisque la mâchoire du fossile est extrêmement fragmentée et incomplète. L’espèce Nanotyrannus constitue pour certains chercheurs une espèce bien distincte alors que pour d’autres, il ne s’agirait que d’un T rex juvénile.

En tout cas, même si le bébé T rex sera acheté par un particulier, son propriétaire actuel est convaincu qu’il finira un jour dans un musée.