Clicky

Italie : un « enfant vampire » du 5e siècle a été retrouvé sur un site romain

Sur un ancien site romain en Italie, les archéologues ont mis au jour le squelette d’un enfant d’environ 10 ans. Jusque-là, il n’y a rien d’anormal. Seulement, les experts ont constaté qu’un bout de rocher avait été placé dans sa bouche. À cette époque, le paludisme décimait des populations entières et l’enfant aurait probablement succombé à la maladie.

Les traitements mortuaires varient d’une région à l’autre ou d’une culture à l’autre. Jordan Wilson, un étudiant de troisième cycle en bio-archéologie à l’université de l’Arizona, a étudié le fameux squelette. Selon lui, le bout de roche placé dans la bouche permettait d’éviter une éventuelle résurrection.

Ayant eu vent de la découverte, les habitants aux alentours ont baptisé le squelette « Vampire de Lugnano. »

De nombreuses cultures croient en l’existence des vampires

Il n’y a pas que les Italiens qui croient en l’existence des vampires.

Les Chinois les appellent « Jiang shi. » Selon leur croyance, ces cadavres ressuscitent et chassent les vivants. Ils auraient des crocs bien acérés qui leur permettraient de mordre leurs victimes au niveau du cou.

En Russie, les villageois n’hésitaient pas à enfoncer des pieux dans le corps des éventuels vampires.

Quant aux Romains, ils avaient recours à la sorcellerie pour éviter que les vampires ne ressuscitent. David Soren, le directeur les fouilles, a affirmé : « Je n’ai jamais rien vu de tel. » Déjà en 2009, des archéologues avaient déjà déterré une femme âgée qui aurait vécu au 16e Siècle. Elle avait une brique dans la bouche, ce qui lui valut le surnom de « Vampire de Venise. »

La Nécropole des Bambi n’a pas encore livré tous ses secrets

C’est en plein cœur de la Nécropole des Bambi ou « Cimetière des Bébés » que fut déterré le squelette du Vampire de Lugnano. Le site était réservé pour enterrer les enfants ainsi que les nourrissons qui auraient succombé au paludisme. Bizarrement, seul le squelette de l’enfant de 10 ans avait un bout de roche.

L’équipe d’archéologues a prévu de retourner prochainement sur le site afin de découvrir plus de sépultures de vampires. Les scientifiques étudieraient de près cette fameuse épidémie qui a sévi il y a près de 1 500 ans.

Les croyances et les cultures se reflètent aussi dans les pratiques mortuaires.

Mots-clés archéologie

Andy

Passionné de NTIC, sportif et à ce que l'on dit, un bon vivant !