Clicky

Le TESS a commencé à chercher des exoplanètes

TESS, qui signifie Transiting Exoplanet Survey Satellite, est un observatoire spatial que la NASA a lancé en avril 2018 pour rechercher des exoplanètes. L’appareil a capturé sa première image, une très belle photographie montrant une partielle de ciel contenant plus de deux cent mille étoiles en mai 2018. Seulement, TESS n’a réellement débuté sa mission de recherche d’exoplanètes que le 25 juillet 2018.

On désigne par exoplanètes les planètes qui se trouvent en dehors de notre système solaire. En cela, TESS fera suite à la mission du vaisseau spatial Kepler qui a aussi été lancé dans l’espace dans ce but.

TESS 2

Toutefois, si Kepler avait pour mission de trouver et de confirmer l’existence d’exoplanètes dans une partie du ciel, TESS sera chargé quant à lui de couvrir 80% du ciel.

De plus, la particularité de TESS par rapport à Kepler est qu’il devra principalement se focaliser sur les exoplanètes se situant aux alentours de la Terre.

Repérer plus de mille six cents exoplanètes

Le directeur de la division astrophysique de la NASA, Paul Hertz, a déclaré qu’il était ravi que TESS commence à explorer le voisinage de notre système solaire. Il espère ainsi que le vaisseau spatial permette de découvrir de nouveaux mondes étant donné que les scientifiques savent désormais que notre univers est composé de plus de planètes que d’étoiles.

Plus précisément, les chercheurs s’attendent à ce que TESS repère plus de 1600 exoplanètes au cours de sa mission de deux ans. Bien que la mission de recherche d’exoplanètes n’a vraiment débuté que le mercredi 25 juillet 2018, les scientifiques s’attendent à recevoir une première transmission de données pour ce mois d’août 2018.

TESS, successeur de Kepler

Le vaisseau spatial Kepler a passé les neuf dernières années à chercher des exoplanètes dans une petite partie du ciel. Il y a pu découvrir plus de 2640 exoplanètes. Cependant, la majorité d’entre elles sont très éloignées de la Terre.

TESS, qui a la même mission que Kepler, devra toutefois couvrir une zone plus large du ciel, repérer les exoplanètes proches de la Terre et les cartographier de manière à ce que les chercheurs puissent les observer plus attentivement à travers leurs télescopes.

Les données fournies par Kepler devraient énormément aider le nouveau vaisseau spatial à détecter de nouvelles exoplanètes. En tout cas, c’est ce qu’espèrent les scientifiques.

Mots-clés astronomieespace

Andy

Passionné de NTIC, sportif et à ce que l'on dit, un bon vivant !