Le vin le plus vieux du monde a 6 000 ans

Oubliez les Pétrus, Saint Emilion, Château Cheval Blanc et autres Lafite Rothschild, ils n’arrivent pas à la cheville du vin découvert par des scientifiques de l’Université Aristote de Thessalonique et de l’Ecole Normale Supérieure. Non, et c’est assez logique car ce dernier est nettement plus vieux que tout ce que nous connaissons. Il aurait en effet plus de 6 000 ans.

Tout a commencé en 2010 lorsque des chercheurs ont découvert plusieurs cruches en effectuant des fouilles à Dikili Tash, dans le nord de la Grèce. Ces dernières avaient été retrouvée dans les ruines d’un ancien édifice ravagé par le feu, non loin de plusieurs objets datant du néolithique.

Vin 6 000 ans

Un vin de 6 000 ans a été découvert dans le nord de la Grèce.

En explorant les environs, les archéologues avaient aussi découvert des restes de raisin écrasé et ils en avaient alors déduit que les fermiers de l’époque savaient faire du vin et du jus de raisin.

Ce n’est pas la première fois que l’on fait une telle découverte

Ils ont cependant voulu s’en assurer et ils ont donc ramené les cruches dans un de leurs laboratoires. Là, ils ont gratté la poudre d’argile présente au fond des jarres et ils l’ont analysé avec divers instruments.

En procédant de la sorte, ils sont parvenus à identifier des marqueurs chimiques appartenant à du jus de raisin, des marqueurs résultant d’un processus de fermentation.

Leurs analyses leur ont donc permis de confirmer leur théorie.

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, cette découverte n’a rien de surprenant. Ce n’est en effet pas la première fois que les archéologues tombent sur de telles traces. Des restes similaires ont en effet été découverts en 2011 en Arménie et plus précisément dans la province de Vayotz Dzor, une région frontalière située près de l’Iran et de la Turquie.

En effectuant des analyses poussées, les scientifiques avaient trouvé des marqueurs similaires, des marqueurs datant eux aussi de 6 000 ans. Ils étaient aussi tombés sur une ancienne cuve en argile utilisée pour la fermentation mais aussi sur de vieilles poteries et même sur quelques tasses et bols.

Ces découvertes peuvent sembler anecdotiques mais il n’en est rien. Elles vont en effet nous permettre de mieux comprendre l’histoire de la viticulture, mais aussi la manière dont vivaient nos ancêtres.