Le Yéti refait parler de lui, cette fois en Inde

Le Yéti est sans doute l’une des créatures légendaires les plus connues à travers le monde. Si le mythe est né en Inde, au Népal et au Tibet, il s’est rapidement exporté à l’étranger et notamment en Europe de l’Ouest.

Faute de preuves de son existence, le Yéti est à l’heure actuelle considéré comme un être folklorique et légendaire, mais certaines personnes continuent de croire en son existence. Il semblerait que l’armée indienne en fasse partie.

yeti

Crédits Pixabay

Sur Twitter, la branche des forces armées indiennes a en effet déclaré avoir trouvé de mystérieuses traces de pas à proximité du camp de base de Makalu situé dans l’Himalaya.

Un Yéti repéré par l’armée indienne ?!

Plus étonnant, le message fait clairement allusion à la créature mythique. Une créature qui aurait donc traîné aux abords du camp le 9 avril.

D’après l’armée indienne, les traces retrouvées dans la région feraient environ 80 centimètres de long et 40 centimètres de large. Les militaires prétendent ne pas avoir réussi à identifier leur propriétaire, ce qui les a poussés à établir un parallèle avec le Yéti.

À l’occasion d’une entrevue accordée à NBC News, un porte-parole de l’armée a indiqué avoir envoyé les photos des traces de pas à plusieurs scientifiques pour vérification. Des photos qui permettront selon lui de relancer l’intérêt de la communauté scientifique pour la créature.

Tous les chercheurs ne semblent cependant pas du même avis.

Ross Barnett, un paléogénéticien de l’Université de Copenhague contacté par Motherboard, a ainsi indiqué qu’il était peu probable que ces traces appartiennent réellement à une créature dont nous n’avons jamais été en mesure de prouver l’existence. En réalité, pour lui, il est plus probable qu’elles appartiennent à un léopard des neiges ou même à un ours brun, des animaux très présents dans cette région du monde.

Un Yéti… ou un ours

Pour s’en assurer, le spécialiste suggère également à l’armée d’effectuer des prélèvements dans les traces de pas situées aux abords du camp afin d’effectuer une analyse ADN.

Une suggestion logique compte tenu du passif de Ross Barnett. En 2014, ce dernier a en effet mené des analyses ADN sur des poils censés appartenir au Yéti, des poils qui appartenaient finalement à un ours.

À noter qu’il existe à l’heure actuelle un bon nombre d’arguments contre l’existence d’une telle créature.

En premier lieu, aucun cadavre et aucun fossile pouvant appartenir au Yéti n’a jamais été retrouvé ou étudié. Ensuite, la plupart des « preuves » présentées par les défenseurs du mythe ont été contestées. Cela vaut notamment pour les poils analysés par Ross Barnett. Ensuite, d’après les chercheurs, aucune population ne serait capable de se maintenir avec un effectif de quelques centaines d’individus.

Cela n’a cependant pas empêché le mythe de se développer durant ces dernières décennies, portées notamment par les œuvres de Lovecraft, Henri Vernes ou encore Nicholas Luard.