L’épave d’un navire du 18e siècle s’est échouée sur les côtes de la Floride

Julie Turner et son fils de huit ans étaient tranquillement en train de se promener sur la plage de Ponte Vedra Beach lorsqu’ils ont aperçu une forme noire au loin. En s’approchant, ils ont eu la surprise de se retrouve face à l’épave d’un ancien navire. Elle daterait du 18e siècle.

Ponte Vebra Beach se trouve dans le comté de Saint Johns, en Floride, à environ vingt-neuf kilomètres de Jacksonville.

Epave Floride

La commune est très appréciée des touristes et de nombreuses personnes viennent ainsi sur place chaque année afin de se promener sur ses nombreuses plages et fréquenter ses stations.

Une épave a été retrouvée sur une plage de Floride

Julie Turner habite dans la région et il lui arrive très fréquemment de se promener sur les différents sites de sa commune pour respirer un peu.

Plus tôt dans la semaine, elle s’est donc rendue sur place en compagnie de son fils, un petit garçon âgé de seulement huit ans. En traînant à proximité d’une plage de la commune, la femme a aperçu au loin une forme noire indistincte. Intriguée, elle s’est rapprochée et elle a alors eu la surprise de découvrir que cette dernière était en réalité l’épave d’un ancien bateau.

Après avoir pris quelques photos de l’épave, Julie a contacté les autorités. Par la suite, plusieurs experts ont été envoyés sur place afin d’examiner l’épave et tenter d’identifier le navire.

Elle daterait du 18e siècle

Marc Anthony, un passionné d’antiquités espagnoles, a eu l’occasion de s’entretenir brièvement avec la chaîne CBS47. Durant l’échange, l’homme a indiqué que cette épave semblait ancienne et que le navire datait sans doute du 18e siècle. Fasciné par l’étonnante découverte, il a également déclaré que les épaves finissaient rarement par être ramenées sur le rivage et il n’a pas hésité à décrire la découverte comme « le Saint Graal des naufrages ».

En examinant attentivement les boiseries, les experts envoyés sur place ont également remarqué que la coque comportait plusieurs pièces d’armures recouvertes de cuivre et ils pensent donc que le navire était à l’origine entièrement gainé de ce métal. Plusieurs piquets en bois et des clous ont également été retrouvés, ainsi que des chiffres romains directement gravés sur les côtés de l’épave.

Pour l’heure, personne n’a encore réussi à identifier avec précision le nom du navire ou encore sa nationalité, mais les examens vont se poursuivre dans ces prochaines semaines.

Mots-clés insolite