Les Anonymous ont fait tomber un hébergeur de contenus pédopornographiques

Les Anonymous ont lancé une attaque contre Freedom Hosting II un peu plus tôt dans la semaine après s’être rendu compte qu’il autorisait l’hébergement de contenus pédopornographiques.

Peu connu de l’internaute lambda, ce service a ouvert ses portes en 2008. Contrairement à la plupart de ses concurrents, Freedom Hosting a fait le choix de s’installer sur Tor. Il n’a eu besoin que de cinq années pour devenir le plus gros hébergeur de fichiers du Dark Web.

Anonymous Freedom Hosting

Les Anonymous ont fait tomber Freedom Hosting II.

Le site s’est cependant retrouvé dans le collimateur du FBI. L’agence s’est alors lancée dans une enquête de longue haleine, une enquête qui a abouti au démantèlement du site en 2013.

Freedom Hosting avait eu maille à partir avec le FBI en 2013

Freedom Hosting II a ouvert ses portes quelques semaines plus tard.

Cette nouvelle itération proposait exactement les mêmes services et elle offrait en plus la possibilité aux internautes de créer facilement leur site grâce à un outil spécialement développé pour l’occasion.

Un hacker membre des Anonymous a commencé à s’intéresser à son cas un peu plus tôt dans l’année.

Après avoir fouiné sur le service, il a fini par découvrir plusieurs services cachés, des services hébergeant des contenus pédopornographiques. Pour ne rien arranger, en poussant plus loin ses investigations, il s’est rendu compte que ces espaces virtuels disposaient de plus d’espace de stockage que les comptes gratuits de Freedom Hosting II.

Il a alors compris que l’hébergeur acceptait sciemment ces contenus en échange d’une rétribution d’ordre financière.

Une attaque éclair pour faire tomber Freedom Hosting II

Profondément choqué, notre ami en a donc parlé à ses camarades. Après quelques échanges, les hackers ont décidé de mener une attaque contre le site. L’opération a été un véritable succès. Après avoir pénétré les défenses mises en place par les administrateurs de la plateforme, les assaillants ont récupéré une copie de leur base de données et ils ont ensuite fait tomber tout le site avant de modifier sa page d’accueil.

Freedom Hosting II n’a pas été le seul à exploser en plein vol, bien sûr. Tous les sites hébergés sur la plateforme ont connu le même sort. En tout, un peu plus de dix mille sites et services auraient disparu dans l’opération.

Histoire d’enfoncer le clou, les hackers ont également procédé à un vidage méthodique du disque dur des serveurs de la plateforme, ainsi qu’à la suppression de toutes les données contenues dans la base. En tout, ils auraient supprimé environ 74 Go de fichiers et 2,3 Go de données.

Mots-clés anonymoushackingweb