Les cartouches de la Switch ont mauvais goût… et c’est voulu

Certaines personnes ont quand même de drôles d’idées. Depuis quelques jours les réactions sont nombreuses de la part de goûteurs de l’extrême ayant eu la curiosité de mettre une cartouche de jeu de la toute nouvelle Nintendo Switch sur le bout de leur langue. Une expérience insolite qui ne dure jamais très longtemps, ces derniers se voyant forcés de retirer la cartouche au plus vite du fait de son goût absolument ignoble.

Mais pourquoi des cartouches de jeu auraient-elles si mauvais goût ? Tout simplement pour dissuader les plus jeunes de les mettre à la bouche, ou pire, de les avaler.

Switch_cartridges

D’après certains observateurs – ou plutôt goûteurs – les cartouches de la Nintendo Switch ont un goût épouvantable. D’après la firme c’est complètement voulu…

L’idée est à la fois brillante et improbable, et elle émane directement de Nintendo qui a admis très vite être à l’origine de cette mesure visant à assurer la sécurité tant des cartouches que de nos chères têtes blondes, souvent promptes à mettre à la bouche tout ce qui leur passe par les mains (y compris de pauvres cartouches innocentes).

Des cartouches plus petites que par le passé chez Nintendo

C’est un fait, les cartouches employés pour la Switch sont plus petites (et donc potentiellement plus dangereuses) que celles des consoles précédentes de la firme nippone, se rapprochant en termes de format de celles de la PS Vita.

C’est probablement ce qui a motivé Nintendo pour enduire ces dernières « d’un agent d’amertume, le benzoate de dénatonium » visant à « dissuader les gens de mettre les cartouches dans leur bouche », comme l’a par la suite expliqué la société à Polygon, dans un communiqué.

Nintendo y indique en outre que le benzoate de dénatonium n’est pas toxique.

Un goût absolument infect et persistant

Ceux qui ont eu l’audace de goûter ces fameuses game cards décrivent pour leur part un goût particulièrement désagréable et amer, qui n’apparaît pas immédiatement en bouche, mais qui reste plus de 20 secondes sur la langue, bloquant les papilles gustatives de manière prolongée.

Inutile de préciser qu’un enfant qui viendrait à mettre une de ces cartouches dans sa bouche ne supporterait pas leur goût plus de quelques millisecondes.

L’objectif de Nintendo est donc – jusqu’à preuve du contraire – parfaitement rempli.

Crédit illustration