Les Chromebooks ont du mal à séduire

Toujours à l’occasion de sa tournée en Asie, Eric Schmidt a été amené à s’exprimer au sujet des Chromebooks. Ce nom ne vous dit rien ? Pour faire court, ce sont tout simplement des ordinateurs produits par certains constructeurs du marché (Acer et Samsung pour le moment) et qui font tourner Chrome OS, le système d’exploitation du géant de la recherche. Oui, et l’homme n’a évidemment pas manqué de vanter leurs mérites. Sauf que voilà, si l’on en croit les premiers chiffres, il semblerait que les Chromebooks aient beaucoup de mal à séduire. Vraiment beaucoup…

Les Chromebooks ont du mal à séduire

Le Chromebook d’Acer a ainsi été mis en vente le mois de juin dernier. Jusque là, rien d’anormal, sauf que le constructeur n’aurait comptabilisé fin juillet que 5000 ventes. Pas besoin d’être un analyste réputé pour comprendre que ces résultats ne sont pas très bons. Pire, toujours sur la même période, Samsung aurait enregistré un chiffre inférieur à celui de son concurrent. Notez toutefois que les choses ont peut-être changée depuis, je ne suis pas parvenu à trouver de chiffres plus récents et c’est bien dommage. D’ailleurs, si vous avez des infos sur le sujet, je suis preneur.

Ce qui est sûr, en tout cas, c’est que les Chromebooks sont aussi victimes de leur jeunesse. Pour le moment, ils misent tout sur le cloud et ce n’est pas fait pour rassurer les utilisateurs. Certes, la firme travaille actuellement sur des technologies de cache, certains de ses services proposent même un mode offline pour palier à nos problèmes de connexion, mais elles manquent encore de maturité. Après, si vous voulez vraiment le fond de ma pensée (de toute façon vous n’avez pas le choix), je pense que Google aurait peut-être mieux fait de miser sur une version desktop de Google Android que sur un nouveau système d’exploitation.

M’enfin, ce n’est que mon avis, hein.

Via

Share this post

Frédéric Pereira

Floodeur compulsif, est très actif sur Twitter ou encore sur Facebook. Sachez en outre que la Fredzone a une page sur Google+.