Les créateurs de Google survivront à l’assaut d’un Terminator. Pas vous.

Je pense que cela ne surprendra personne mais il viendra forcément, et fatalement, un jour où le pouvoir tombera aux mains d’un Skynet, ou d’une autre intelligence artificielle dans la même veine. Il ne peut pas en être autrement, point barre. Du coup, et bien il y a de fortes chances que nous ne tardions pas à voir fleurir d’impitoyables Terminators ayant pour mission de tuer complètement les futurs héros de la résistance. Oui, et bien devinez quoi… Si des robots-tueurs doivent vraiment débarquer, alors ils ne toucheront pas à un seul cheveux de Larry Page et de Sergey Brin.

Vous avez bien lu et ce n’est pas du tout une plaisanterie, les créateurs de Google sont totalement immunisés contre les Terminators.

Killer-Robots

Killer-Robots.txt, l’arme ultime contre les Terminators.

Enfin presque en fait puisque la ligne de défense déployée autour de leur modeste personne ne concerne en réalité que deux modèles, et uniquement deux modèles. Le T-800 d’un côté, et le T-1000 de l’autre. Si vous avez du mal à les situer, sachez juste que le premier est le moins évolué des deux. Un squelette en métal, quelques puces, deux ou trois moteurs, c’est franchement un modèle basique.

Le T-1000, lui, est beaucoup plus sympathique puisqu’il a le pouvoir de se liquéfier, et de changer d’apparence, grâce à un poly-alliage constitué de millions de nano-machines. La classe, non ? Mais le truc vraiment important, c’est qu’ils ne sont pas du tout protégés contre les T-X, les idiots. Du coup, et bien il y a de fortes chances qu’ils sautent aussi lorsque les machines prendront le contrôle du monde.

Alors la question que certains d’entre vous se posent peut-être, c’est de savoir comment Larry Page et Sergey Brin se sont protégés contre les Terminators, non ? En fait, c’est assez simple parce qu’ils ont créé de toute pièce un killer-robots.txt et ils l’ont ensuite collé sur un coin d’un de leurs serveurs, à cette adresse.

Une solution radicale, à ne pas en douter.

Via

Mots-clés easter egggoogleweb