Les cyber attaques aussi dangereuses que les attaques nucléaires ?

Une guerre nucléaire fait sans doute partie des scénarios les plus apocalyptiques que l’on puisse imaginer. Une bombe nucléaire vaporiserait tout ce qui se trouve dans un rayon de plusieurs centaines de mètres. Tout être vivant situé dans un rayon de 152 mètres n’y survivrait pas.

À l’heure actuelle, la menace nucléaire est toujours présente. Les États-Unis et la Russie se sont retirés d’un pacte sur les armes nucléaires. Il y a également les tensions avec l’Iran et les essais de la Corée du Nord.

Bombes Psychiques NSA

Crédits Pixabay

Jeremy Straub est professeur adjoint d’informatique au North Dakota State University. D’après cet expert de la cybersécurité et de la guerre de l’information, une cyberattaque majeure pourrait causer les mêmes pertes humaines qu’une attaque nucléaire.

D’après le scientifique, une attaque nucléaire est facilement détectable et détruit tout ce qui se trouve aux alentours en un claquement de doigts. Dans le cas d’une cyber attaque majeure, la destruction se ferait insidieusement et plus lentement.

Trois scénarios de cyber attaque d’envergure nucléaire

Jeremy Straub a évoqué trois types d’éventualité, où une cyber attaque pourrait aboutir au même bilan qu’une attaque nucléaire. Dans le premier scénario, l’attaque pourrait commencer modestement. Ce serait le cas d’une cyberguerre, par exemple si le service de renseignement d’un pays volait, effaçait ou compromettait les données militaires d’un autre. Ce dernier pourrait alors riposter et des séries successives de représailles pourraient s’ensuivre. Les dégâts risqueraient alors d’affecter la vie civile.

Le second scénario se rapporte au terrorisme. Dans ce cas, des pirates pourraient déclencher une cyber attaque massivement destructrice. Celle-ci serait en mesure de paralyser les compagnies d’électricité, les installations de traitement de l’eau ou les installations industrielles.

La troisième possibilité serait une erreur humaine pouvant affecter des logiciels ou autres matériels du monde numérique. Ce scénario pourrait prendre une envergure comparable à l’accident de Tchernobyl.

Sécuriser les systèmes vitaux

« La solution est d’accroître la formation et l’éducation, d’enseigner aux gens les compétences dont ils ont besoin pour travailler dans le domaine de la cybersécurité et de tenir les travailleurs en place au courant des dernières menaces et stratégies de défense », a avancé Jeremy Straub.

« Les gouvernements, les entreprises et les gens ordinaires doivent sécuriser leurs systèmes pour empêcher les intrus de l’extérieur d’entrer, puis d’exploiter leurs connexions et leur accès pour plonger plus profondément », a-t-il ajouté. Il s’agit notamment des services publics, des entreprises de transport et des entreprises qui utilisent des produits chimiques dangereux.

Mots-clés sécurité