Clicky

Les dérapages d’Elon Musk sur Twitter finissent par lasser

Quand on l’attaque, Elon Musk contre-attaque. Seulement problème, le patron de Tesla, Space X et de la Boring Company, le fait sur Twitter et de manière extrêmement virulente… quitte à devoir se confondre en excuses par la suite. C’est d’ailleurs ce que le chef d’entreprise sud-africain a été contraint de faire mardi, toujours sur Twitter, après avoir insulté plus tôt dans la semaine l’un des spéléologues chargés du sauvetage des 12 enfants thaïlandais, et de leur entraîneur de football, pris au piège dans une grotte.

Vernon Unsworth, le spéléologue britannique ciblé par Elon Musk, avait ainsi été qualifié de « Pedo » (diminutif de pédophile en anglais) par l’homme d’affaires alors qu’il critiquait, face aux médias américains, l’aide apportée par ce dernier et ses ingénieurs au cours du sauvetage des enfants.

Elon Musk, le patron de Tesla, Space X et de la Boring Company, s’est une nouvelle fois emporté sur Twitter en traitant de pédophile, l’un des spéléologues chargés du sauvetage des 12 enfants thaïlandais coincés dans une grotte.

Le spéléologue avait notamment dénoncé un « coup de com » au micro de CNN, ajoutant que le sous-marin conçu spécialement par les ingénieurs de Space X « n’avait absolument aucune chance de fonctionner » et qu’Elon Musk pouvait « se [le] planter là où ça fait mal« . Des critiques que le très médiatique chef d’entreprise n’a pas réussi à encaisser sans se laisser aller à quelques dérapages acerbes sur les réseaux sociaux.

« Je parie un dollar signé qu’il l’est« 

Après sa première charge, Elon Musk avait pris soin de répondre à un internaute et d’ajouter être prêt à parier « un dollar signé » que Vernon Unsworth était bien un pédophile. Une double sortie vivement critiquée tant par les internautes que par la presse, et dont les répercussions ne se sont pas fait attendre, notamment en bourse. Lundi 16 juillet, le lendemain des déclarations d’Elon Musk sur Twitter, l’action de Tesla voyait ainsi son cours chuter brutalement de 3%, en générant au passage un ras-le-bol général auprès des investisseurs et de certains analystes.

« Au cours des six derniers mois, il y a beaucoup d’exemples de comportements inquiétants », indiquait notamment Gene Munster, analyste chez Loup Ventures (dont les propos étaient rapportés hier par Le Monde), qui craignait entre autres qu’Elon Musk n’alimente « une perception néfaste de [son] leadership, susceptible et irascible ».

Pour calmer le jeu, l’intéressé s’est confondu en excuses au travers de deux nouveaux tweets postés mardi sur son compte officiel : « Mes mots ont été prononcés lors d’un accès de colère après que M. Unsworth ait dit plusieurs mensonges (…). Cependant ses actions contre moi ne justifient pas les miennes à son égard, et je tiens présenter mes excuses à M. Unsworth ainsi qu’aux compagnies que je représente en tant que leader. La faute est mienne« .

Notons toutefois qu’Elon Musk avait déjà promis de calmer le jeu, et ce quelques jours seulement avant son tweet. « J’ai fait l’erreur de croire que la chasse était ouverte lorsqu’une personne m’attaquait sur Twitter », expliquait-il le 11 juillet dernier auprès de Bloomberg. « Je vais corriger le tir », avait-il concluNul doute que la prochaine fois sera la bonne…

Crédit illustration : Wikimedia

Mots-clés elon musktwitter

Nathan

Breton (presque) pure souche, Nathan est un nerd mordu d'Histoire avec un grand H et de Rock avec un grand R. Selon lui, en matière de musique, plus c'est vieux... mieux c'est.