Les écrans et le sexe ne feraient pas bon ménage

Les Américains auraient-ils des problèmes de libido ? Il semblerait que ce soit le cas, du moins d’après l’étude menée par trois chercheurs. Si l’on en croit leur enquête, alors ces derniers seraient de moins en moins portés sur la chose. Pire, le problème viendrait essentiellement de leur situation matrimoniale… mais également de leurs écrans.

Les chiffres avancés par Jean Twenge, Ryne Sherman et Brooke Wells font presque froid dans le dos.

Couple sexe

Les Américains feraient de moins en moins l’amour. Pas de doute, l’heure est grave.

Après avoir mené une enquête minutieuse, les chercheurs ont effectivement réalisé que les Américains faisaient de moins en moins l’amour.

Les Américains font de moins en moins l’amour

Ils avaient en effet en moyenne entre 60 et 65 rapports dans les années 90, mais ce chiffre est tombé à seulement 53 rapports en 2014. Pire, en poussant plus loin leurs investigations, les scientifiques ont réalisé que les fameux millenials et les membres de la génération Z avaient en règle générale moins de rapports que les générations précédentes.

Il semblerait d’ailleurs que le problème vienne vraiment d’eux, car les chercheurs ont noté une tendance inverse chez les personnes les plus âgées. Les gens de plus de 70 ans feraient en effet plus l’amour.

Constater un changement ne suffit pas. Le plus difficile, finalement, c’est de trouver une explication au phénomène.

Après avoir effectué des recherches connexes, les scientifiques ont fini par en venir à la conclusion que la vie active et la pornographie n’étaient pas les coupables. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, passer plus de temps au bureau ou regarder des films pour adultes aurait tendance à favoriser les rapports sexuels au sein du couple.

Les chercheurs ont donc croisé leurs données afin de dégager des tendances. Ils ont alors réalisé que le groupe le plus touché était celui des couples.

La faute au numérique ?

Contrairement aux idées reçues, les couples ont généralement plus de rapports sexuels que les célibataires. Logique, car ils ont un partenaire stable à portée de la main. Ou d’autres choses, c’est selon. Les personnes vivant seules doivent pour leur part commencer par trouver un partenaire.

Les couples sont donc les plus touchés et ils sont ainsi passés de 67 rapports sexuels en moyenne à la fin des années 80 à seulement 56 rapports en 2014.

L’étude n’apporte pas de réponse claire et précise, mais elle donne tout de même quelques pistes de réflexion. D’après nos trois chercheurs, cette baisse pourrait en partie s’expliquer par le fait que les gens se sentent de moins en moins heureux ou… par des changements culturels intervenus au cours de ces vingt dernières années.

Et là, en l’occurrence, il faut bien reconnaître que les choses ont bien bougé. L’émergence des réseaux sociaux et l’explosion du streaming ont eu un impact évident sur notre vie sociale et sur nos soirées. C’est en tout cas ce que pense Mark Regnerus, un professeur agrégé de sociologie travaillant pour l’Université du Texas à Austin.