Les Etats-Unis dressent un acte d’accusation contre Huawei pour vol de secrets technologiques

Le Wall Street Journal a publié un nouvel article le mercredi 16 janvier 2019, article selon lequel les procureurs fédéraux américains sont en train de dresser un acte d’accusation contre Huawei.

En effet, les procureurs fédéraux ont ouvert une enquête sur le fabricant chinois de smartphones. Ce dernier étant accusé d’avoir subtilisé les secrets technologiques de plusieurs entreprises américaines. Des sources proches de l’affaire déclarent que l’accusation porterait plus précisément sur un dispositif robotique, dénommé « Tappy », conçu par T-Mobile pour tester les smartphones.

Le quotidien mentionne également que l’enquête est déjà « à un stade avancé ». Si avancé que les informations recueillies permettent de bientôt sortir un acte d’accusation.

Huawei récidive ?

Pour rappel, ce n’est pas la première fois que Huawei est accusé de vol de technologie. En effet, T-Mobile a porté plainte contre Huawei en 2014 pour être entré illégalement dans un laboratoire de la société, d’avoir photographié et même d’avoir essayé de voler certaines pièces de l’outil de test pour smartphones.

En mai 2017, T-Mobile a gagné le procès et Huawei a dû lui verser 4,8 millions de dollars. Toutefois, cette somme n’est qu’une petite fraction des 500 millions de dollars que l’opérateur de téléphonie mobile américain a demandés comme dommages et intérêts à la justice.

Actuellement, Huawei fait l’objet d’une surveillance accrue et suscite même la méfiance et la suspicion des agences et législateurs américains. Ces derniers vont même jusqu’à dire que le fabricant chinois de téléphones représente une menace pour la sécurité nationale, et ce, à cause des relations étroites qu’il entretient avec son propre gouvernement.

Plusieurs responsables de la société ont déjà été arrêtés

Les tensions sont encore montées d’un cran en décembre 2018 quand le Canada a procédé à l’arrestation de Meng Wanzhou, la directrice financière de Huawei. En effet, Meng a été reconnu coupable de fraudes et de pratiques illicites.

De plus, un employé de Huawei a également été arrêté en Pologne plus tôt ce mois-ci pour espionnage présumé pour le compte du gouvernement chinois.

L’employé en question n’est autre que le directeur des ventes de Huawei pour les clients du secteur public en Pologne.

Sur le plan commercial, il est à noter que Huawei est actuellement le deuxième fabricant mondial de smartphones. Va-t-il garder cette position très longtemps? Rien n’est moins sûr.

Mots-clés huawei