Les Etats-Unis sont en pleine campagne pour dissuader ses alliés d’utiliser les équipements de réseaux 5G de Huawei

Actuellement, l’une des priorités des États-Unis est d’empêcher ses alliés d’autoriser les équipements de réseaux 5G de Huawei sur leurs territoires. D’ailleurs, le gouvernement américain l’a officiellement annoncé dans un communiqué paru le mardi 5 février 2019. Les États-Unis se donnent pour mission de faire entrer l’Union européenne dans son camp.

Des responsables américains se sont effectivement concertés avec la Commission européenne et le gouvernement belge, à Bruxelles.

Etats-Unis

Crédits Pixabay

Selon ces responsables, le fabricant chinois d’appareils de télécommunications Huawei représente un véritable danger pour la sécurité. Les États-Unis mettent ainsi en garde ses alliés de ne pas conclure de contrat avec « des fournisseurs non fiables (…) comme la Chine ».

En effet, les États-Unis soupçonnent la Chine de mener des opérations d’espionnage à travers ces équipements de réseaux de téléphonie mobile de nouvelle génération. Des soupçons totalement infondés, selon Huawei. Toutefois, cette tentative des États-Unis de faire bannir les réseaux 5G de Huawei d’Europe, l’un de ses principaux marchés, risque fort d’attiser les tensions existantes entre les États-Unis et la Chine.

Une question de sécurité

Un responsable américain a déclaré lors des discussions au sein de l’alliance américaine dirigée par l’OTAN, à Bruxelles, et lors de conférences internationales à Barcelone et à Munich que l’Union européenne devrait considérer cette question de sécurité comme une priorité absolue.

Pour rappel, les équipements de Huawei sont largement éparpillés en Europe. Toutefois, la technologie 5G du géant technologique promet non seulement de relier tous ces équipements, mais aussi d’apporter une vitesse de connexion inégalée jusqu’à présent.

Pression sur l’Union européenne

Toutefois, Washington a clairement montré son désaccord et a même interdit à l’entreprise de fournir cette technologie à son gouvernement et à ses sous-traitants. Malgré tout, le gouvernement américain a conscience que si ses alliés autorisent ces réseaux 5G, cela pourrait aussi le mettre en danger. D’où cette campagne anti-entreprises chinoises, en général, et anti-Huawei, en particulier.

Le responsable l’a d’ailleurs clairement expliqué à ses alliés en déclarant que :

« Aller chez un fournisseur non fiable comme Huawei ou ZTE aura toutes sortes de conséquences pour votre sécurité nationale et le nôtre puisque nous sommes les alliés militaires de presque tous les membres de l’Union européenne. »

La question qui se pose est donc de savoir comment l’Europe gèrera la situation. Prendra-t-elle le risque d’autoriser les réseaux 5G de Huawei et de se mettre en mauvais termes avec les Etats-Unis ? Ou choisira-t-elle d’aller dans le sens des Etats-Unis et de se priver d’une technologie si intéressante ? Affaire à suivre.

Mots-clés huawei