Les GIFS animés sont des armes mortelles, méfiez-vous !

Les GIFS animés ne sont pas sans danger, loin de là. Mal utilisés, ils peuvent en effet devenir des armes mortelles. Le département de la justice américain en est persuadé en tout cas et c’est précisément ce qui l’a poussé à poursuivre un troll dans le cadre d’une affaire impliquant un journaliste très populaire aux États-Unis.

Kurt Eichenwald est né dans les années 60 à New York. Après avoir suivi des études brillantes, l’homme s’est découvert une véritable passion pour l’écriture et le journalisme.

GIF arme

Les GIFS animés peuvent être de véritables armes.

Il a commencé par décrocher un stage au Washington Monthly pour apprendre son métier et il a ensuite décroché un poste chez CBS avant de rejoindre le New York Times dans les années 80.

Kurt Eichenwald a été agressé… avec un GIF animé

Il est resté là-bas pendant une vingtaine d’années avant de partir pour Newsweek et Vanity Fair. Entre temps, il a écrit de nombreux livres. Certains ont rencontré un immense succès. C’est le cas de 500 Days, Conspiracy of Fools ou encore The Informant A True Story.

Durant ses années de collège, Kurt Eichenwald a subi une commotion cérébrale et cette dernière a été suivie ensuite de nombreuses crises d’épilepsie. Il évoque souvent son mal dans ses écrits.

L’homme a été extrêmement choqué par le résultat des dernières élections présidentielles américaines. Farouchement opposé à Donald Trump et à son administration, il n’hésite pas à faire valoir ses opinions dans ses articles ou même à la télévision. C’est précisément ce qu’il a fait à la fin de l’année dernière lorsqu’il a été invité à participer à un débat télévisé sur Fox News.

Cette apparition télévisuelle lui a valu bon nombre de critiques cinglantes de la part des partisans de Trump.

Un certain Ari Goldstein, notamment, a fermement condamné son intervention et il a ainsi envoyé au journaliste un GIF stroboscopique accompagné d’un message… particulièrement agressif : « Tu mérites une crise d’épilepsie pour tes publications ». L’attaque a porté ses fruits. Kurt a visionné l’image et sa femme l’a retrouvé quelques minutes plus tard, incohérent, en proie à une crise d’épilepsie partielle.

L’assaillant risque 10 ans de prison

Après avoir repris ses esprits, Kurt a décidé de ne pas laisser ce crime impuni et il s’est donc rendu au commissariat le plus proche de chez lui pour porter plainte.

Le FBI a ouvert une enquête et il a fini par retrouver la trace de l’homme derrière le compte, un certain John Rayne Rivello. Après une rapide analyse de ses comptes sociaux, les enquêteurs ont réalisé que l’agresseur savait parfaitement ce qu’il faisait. Il avait en effet appelé d’autres partisans de Trump à spammer le journaliste avec cette image afin de provoquer une crise d’épilepsie… et sa mort.

Face à toutes ces preuves, le procureur a décidé de poursuivre l’homme pour « coups et blessures volontaires avec une arme mortelle ». L’arme en question étant bien évidemment le GIF envoyé par John Wayne Rivello.

En conséquence, l’homme risque donc une peine de dix ans de prison. L’avocat de ce dernier compte visiblement miser sur le premier amendement pour défendre son client, un amendement garantissant la liberté d’expression des citoyens américains. Toutefois, l’avocat du plaignant ne l’entend pas de cette oreille et il n’a ainsi pas hésité à comparer ce GIF à une bombe ou même à de l’anthrax dans ce sens ou l’assaillant savait pertinemment qu’il allait provoquer une réaction physiologique mettant la vie de son client en danger.

Mots-clés gifinsolite